Image d'illustration. Crédit : Picture-alliance
Image d'illustration. Crédit : Picture-alliance

Le groupe SOS Solidarité et l’association Fermes d’avenir proposent aux réfugiés et aux bénéficiaires de la protection subsidiaire une formation gratuite en maraîchage et agroécologie. Pendant la durée de l’enseignement – six, neuf ou 12 mois – les apprenants sont accompagnés par des maraîchers professionnels et sont logés et nourris dans les fermes. Un accompagnement socio-professionnel est également mis en place.

Permettre aux réfugiés de s’intégrer dans la société française via l’agriculture. C’est l’idée qu’ont eue le groupe SOS Solidarité et l’association Fermes d’avenir qui proposent aux réfugiés et bénéficiaires de la protection subsidiaire une formation gratuite en maraîchage et agroécologie.

"L’accès à la formation et à l’emploi n’est pas toujours évident en France pour les nouveaux arrivants n’ayant pas forcément les ‘codes’ et la maîtrise de la langue", observe un responsable du projet joint par InfoMigrants. "Cette formation facilite l’accès au métier de maraîcher biologique tout en valorisant les compétences déjà acquises" par le réfugié, continue-t-il.

La formation, qui dure six, neuf ou 12 mois - selon les disponibilités des apprenants -, est en effet accessible aux personnes ayant déjà eu une petite expérience dans le domaine. "Il est important de connaître les compétences requises pour ce métier et d’avoir pu précédemment tester sa capacité à les développer", explique-t-il encore.

>> À lire sur InfoMigrants : Comment bien chercher un emploi en France ?

L’apprentissage fonctionne sur le modèle du compagnonnage, avec un compagnon "français" qui forme un compagnon "réfugié". "Ce travail en binôme permet l’échange de compétence internationales, le soutien mutuel dans cette formation et la pratique quotidienne du français", précise un responsable du projet.

Les réfugiés sont ainsi accompagnés et formés par des maraîchers professionnels qui les accueillent dans leurs fermes situées dans toute la France, avec un changement d’exploitation tous les trois mois. Les exploitants leur apprennent le métier de maraîchage biologique, en leur transmettant leurs connaissances et leurs techniques. Ils sont logés et nourris gratuitement dans ces fermes.

Durant la période d’apprentissage, un accompagnement socio-professionnel est également mis en place par un travailleur social pour préparer l’après-formation : emploi, formation spécialisée, chantier d’insertion ou installation maraîchère, recherche de logement.

>> Si cette formation vous intéresse, vous pouvez envoyer un mail au travailleur social qui réalise l’accompagnement des personnes tout au long du programme : anne-lore.leguicheux@groupe-sos.org


 

Et aussi