Image du sauvetage d'une embarcation de migrants dans la Manche, le 25 décembre 2018. Crédit : Marine nationale
Image du sauvetage d'une embarcation de migrants dans la Manche, le 25 décembre 2018. Crédit : Marine nationale

Au moins six bateaux de migrants ont été interceptés dans la Manche entre le 25 et le 26 décembre au matin. Plus d’une quarantaine de personnes, dont plusieurs enfants, ont été pris en charge par les autorités.

Malgré les nombreux risques de collision avec des navire marchands, les courants dangereux et l’eau glaciale, les tentatives de traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre par la mer depuis les côtes françaises continuent de s’intensifier.

Dans la nuit du 25 au 26 décembre, un semi-rigide d’à peine 3,5 mètres, avec trois adultes à son bord, a été intercepté par le navire Searcher de la Border Force dans les eaux anglaises. Les autorités françaises se sont chargées de récupérer l'embarcation.

Six opérations en 24 heures

Au moins cinq autres opérations similaires ont eu lieu en 24 heures, pour un total plus de 40 migrants secourus, dont quatre enfants. Mardi matin, deux enfants et six adultes ont été secourus à bord d’une embarcation “en détresse” qui dérivait à cause d’une “panne de moteur”, a indiqué la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. Elle a été été secourue dans la matinée, après que deux navires de commerce ont signalé "la présence d'une petite embarcation avec des personnes à bord", à environ 22 kilomètres au nord de Calais, poursuit la préfecture maritime dans un communiqué.

>> À (re)lire que InfoMigrants : La mystérieuse "explosion" des traversées de la Manche pour rallier l’Angleterre 

Un hélicoptère de la marine nationale a dû être engagé "pour localiser exactement l'embarcation", ainsi qu'un remorqueur spécialisé dans le sauvetage des navires en détresse, pour "secourir les migrants". L'embarcation se trouvait "à la limite de la zone anglaise". C’est donc finalement la Border Force, "arrivée sur zone" par moyen nautique, qui "a récupéré les migrants ayant dérivé côté anglais". Le remorqueur français a pris en charge l'embarcation.

Dans la nuit de mardi à mercredi, lors d’une autre opération, ce sont 13 personnes, dont un enfant, qui ont été secourues au large des côtes anglaises, près de la ville de Deal, dans le comté du Kent. 

Une troisième embarcation, sur laquelle se trouvaient une fillette et sept adultes a également été sauvée dans la nuit et a débarqué dans la ville de Folkestone. Le Home office [équivalent britannique du ministère de l'Intérieur] a indiqué que ces enfants avaient été placés sous la protection des services sociaux.

Les deux autres sauvetages concernent une petite embarcation transportant sept hommes et une femme ainsi qu’un petit bateau à rames où se trouvaient deux personnes au large de la ville britannique de Dover.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Seize migrants interceptés sur une embarcation dans la Manche

"Crime organisé"

Le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord met de nouveau “en garde les migrants qui envisagent de traverser la Manche, une des zones les plus fréquentées au monde, et donc dangereuse pour la vie humaine.” Selon lui, le détroit du Pas-de-Calais est “très accidentogène” car il voit passer 25 % du trafic maritime mondial.

Côté britannique, un porte-parole du Home office a estimé que ces nombreuses traversées étaient du fait du “crime organisé”, précisant que plusieurs preuves lui permettaient désormais de confirmer les soupçons des autorités. “Nous travaillons en étroite collaboration avec les Français et nos partenaires pour identifier ces gangs qui exploitent des personnes vulnérables et mettent des vies en danger”.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : "Les passeurs réussissent à faire croire que la traversée de la Manche est facile. C’est faux"

 

Et aussi