Onze personnes ont été secourues dans la nuit du 26 au 27 décembre, au large de Calais. Crédit : Gendarmerie maritime
Onze personnes ont été secourues dans la nuit du 26 au 27 décembre, au large de Calais. Crédit : Gendarmerie maritime

Dans le Pas-de-Calais, les plaisanciers et pêcheurs observent de plus en plus de vols de bateaux, utilisés par les migrants pour tenter de rejoindre le Royaume-Uni. Les autorités estiment que des réseaux de passeurs en sont à l’origine.

Dans le port de plaisance de Gravelines, dans la région de Calais, les plaisanciers prennent désormais des mesures pour éviter les vols de bateaux. Les navires sont attachés au quais avec des chaînes, les réservoirs et batteries sont retirées, explique France 3 Nord-Pas-de-Calais.

Depuis plusieurs mois, les vols de bateaux de plaisance et de pêche se multiplient dans le Pas-de-Calais en même temps que les tentatives de traversées de la Manche pour atteindre le Royaume-Uni.

Le scénario est le même dans le port de Boulogne-sur-Mer où quatre tentatives de vol de bateaux de pêche ont été constatées dans la nuit de mardi à mercredi, rapporte France Bleu Nord.

"On est en train de voir dans un premier temps des solutions de court terme. Des patrouilles de police la nuit et réfléchir à une solution de moyen terme. Il faut passer par du gardiennage vraisemblablement", a affirmé à la radio Jean-Philippe Vennin, sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, appelant également chacun à la vigilance.

"Les conditions météo sont plutôt favorables en ce moment : période de pleine lune, mer calme. Cela incite les réseaux de passeurs à tenter la traversée", a ajouté le représentant de l’État.

Une soixantaine de tentatives en un mois

La préfecture maritime s'alarme de la hausse des tentatives de traversée de la Manche : depuis début décembre, plus de 50 migrants ont déjà été interceptés en mer. Elle estime qu’environ 200 personnes ont tenté la traversée depuis le début de l'année. Ils seraient une soixantaine depuis un mois.

>> À lire : Des dizaines de migrants secourus en 24h dans la Manche

Dans la nuit de mercredi à jeudi, onze migrants ont été interceptés au large de Calais sur un bateau pneumatique, a annoncé la préfecture maritime dans un communiqué. Cinq d’entre eux se trouvaient en état d’hypothermie.

La densité du trafic, les courants importants, les hauts fonds, le vent quasi permanent et la température de l'eau rendent la traversée du détroit du Pas-de-Calais (33 km de distance minimale) très difficile et extrêmement dangereuse.


 

Et aussi