Une patrouille de police sur la plage de Calais. Crédit : Reuters
Une patrouille de police sur la plage de Calais. Crédit : Reuters

Une trentaine de migrants ont été interceptés dans la Manche alors qu’ils tentaient de rejoindre le Royaume-Uni à bord d’une embarcation. Trois d'entre eux ont été arrêtés par les autorités britanniques. Les tentatives de traversée avaient diminué ces dernières semaines.

C’est d’abord un navire de pêche français qui a donné l’alerte après avoir repéré, lundi 19 décembre, ce groupe de 34 personnes sur un petit bateau au large du Cap Gris-Nez, à quelques kilomètres de Boulogne-sur-Mer dans le Nord de la France. Les autorités françaises ont alors déployé d’importants moyens, craignant pour la sécurité de ces personnes. À cette période de l’année, l’eau de la Manche est à sept ou huit degrés et les risques de dérive sont importants.

Mais "le temps que le dispositif rejoigne la position des migrants, ils avaient basculé côté anglais" où ils ont finalement été secourus par les autorités britanniques, a indiqué la préfecture.

>> À lire sur InfoMigrants : "Les passeurs réussissent à faire croire que la traversée de la Manche est facile. C’est faux"

Trois hommes arrêtés

Parmi les rescapés se trouvent des enfants. L’ensemble du groupe de 34 migrants, dont on ignore la nationalité, a été amené à Douvres pour des examens médicaux et des interrogatoires avec les services d’immigration britanniques.

Trois hommes ont été arrêtés. Ils sont soupçonnés d'avoir commis des infractions relatives à l'immigration clandestine.

>> À lire sur InfoMigrants : Accord franco-britannique : davantage de caméras, de drones… pour lutter contre les traversées de la Manche

Trois fois plus de bateaux de surveillance britanniques dans la Manche

Le nombre de traversées de la Manche avait nettement diminué ces dernières semaines, passant de 250 en décembre à 90 en janvier. Sans compter que depuis décembre, le ministère de l’Intérieur britannique a pris la lutte contre l’immigration clandestine par la Manche à bras le corps, en triplant le nombre de bateaux de surveillance.

Les Britanniques ont aussi renforcé leur action conjointe avec les Français, via un plan d’action commune et une intensification des activités d’un centre conjoint d’information et de coordination franco-britannique situé à Calais.

 

Et aussi