Des migrants à Paris, en janvier 2019. Crédit : Reuters
Des migrants à Paris, en janvier 2019. Crédit : Reuters

Selon une idée véhiculée Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (ex-Front national), les migrants "touche[nt plus d’argent] qu’un retraité français qui a travaillé toute sa vie". Ces allégations souvent reprises par les partis d’extrême-droite sont fausses. InfoMigrants fait le point sur les allocations versées aux migrants.

Ce sont des déclarations qui reviennent souvent dans les discours politiques d’extrême-droite et qui ont la dent dure malgré leur imprécision, leur approximation voire leur fausseté. Marine Le Pen, la présidente du principal parti d'extrême-droite français, a déclaré le 24 février lors d'un déplacement dans le nord de la France : "Est-il normal qu'un migrant fraîchement débarqué touche plus qu'un retraité français qui a travaillé toute sa vie ?". La déclaration publiée sur son compte twitter a beaucoup fait réagir. 

Non, les migrants ne gagnent pas plus que les retraités au regard des prestations sociales dont ils peuvent bénéficier. Explications.

-         Les migrants en situation irrégulière

Les migrants qui ne déposent aucun dossier pour demander l’asile, qui sont sans papiers (en situation irrégulière) sur le territoire français, n’ont droit à rien.

-         Les demandeurs d’asile

En arrivant en France, les migrants qui déposent un dossier de demande d'asile ont le droit à l’ADA (allocation demandeurs d’asile) qui varie en fonction de la situation familiale du demandeur (avec ou sans enfants). Les montants varient de 6,80 euros/jour pour une personne seule (soit environ 190 euros/mois) à 17 euros/jour pour un couple avec deux enfants (soit environ 476 euros/mois) ou encore à 23,80 euros/jour pour une famille de 6 personnes (soit environ 660 euros/mois).

En dehors de cette aide, les demandeurs d’asile n’ont droit à rien.

L’ADA prend fin après de la décision définitive (positive ou négative) de l’Ofpra ou de Cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Capture dcran du dpliant du Gisti-         Les demandeurs d’asile sous procédure Dublin

Les demandeurs d’asile sous procédure Dublin, c’est-à-dire dont la demande d’asile dépend d’un autre pays européen, peuvent également toucher l’ADA.

Cette allocation cesse d’être versée à compter du transfert du demandeur d’asile dit "dubliné" vers un autre pays, ou si ce dernier a été déclaré "en fuite". 

-         Les réfugiés statutaires

Les réfugiés ayant obtenu une protection internationale (via le statut de réfugié ou la protection subsidiaire accordés par l'Ofpra), peuvent prétendre aux mêmes allocations que les nationaux ou autres résidents étrangers sans ressources.

Ils peuvent donc toucher le revenu de solidarité active (RSA), s'ils y sont éligibles, de même que les allocations familiales.

Existe-t-il des aides pour les retraités en France ?

Les retraités dont parle Marine le Pen sont également en droit d’obtenir des aides financières. En France, les personnes âgées qui touchent une retraite modeste peuvent toucher l'Aspa, l’allocation de solidarité aux personnes âgées.

Elle est de 868 euros/mois maximum pour une personne seule et sans ressources. Elle est de 1 347 euros/mois pour deux personnes sans ressources.  

Capture dcran du site service-public

 

Et aussi