Le Mare Jonio a secouru 49 personne le 20 mars 2019. Credit : picture-alliance/dpa/Mediterranea/Sea Watch
Le Mare Jonio a secouru 49 personne le 20 mars 2019. Credit : picture-alliance/dpa/Mediterranea/Sea Watch

Depuis la saisie du navire humanitaire italien Mare Jonio dans le port de Lampedusa, les voix militantes s’élèvent sur Twitter pour dénoncer l’immobilisation des bateaux de secours en mer Méditerranée. Les ONG craignent une hécatombe. Un seul petit bateau humanitaire navigue actuellement au large de la Libye, le Aylan Kurdi.

Il y a très peu de navires humanitaires dans la zone de détresse au large de la Libye (appelée SAR zone). Seul le Aylan Kurdi, de l’ONG Sea Eye, est actuellement en route vers la zone de détresse.

Le Aylan Kurdi au large de la Tunisie, le 25 mars 2019 à 16h. Le Mare Jonio, le bateau de l’ONG italienne Mediterranea, est bloqué dans le port de Lampedusa depuis le 20 mars. Il venait de secourir 49 personnes au large de la Libye et cherchait un port de débarquement. Les autorités l’accusent d’avoir accosté sans autorisation et d’aide à l’immigration clandestine.

Sur Twitter, les voix s’élèvent pour dénoncer l’immobilisation du navire. La protestation est partie peu après la réception d'un message de détresse par le Mare Jonio reçu samedi 23 mars. Un canot de 41 migrants, qui dérivait en mer Méditerranée, a appelé au secours. Saisi, le navire a été dans l'impossibilité d'aller le secourir. "Si un navire commercial ou un navire de pêche ne trouvent pas ce canot, il y a peu de chance qu'il soit secouru", a écrit un des membres du Mare Jonio sur Facebook. "Nous aimerions être là [en mer] pour le secourir", a écrit l'ONG Mediterranea.Le hashtag "Libérez le Mare Jonio" a été repris par de nombreux navires humanitaires. À commencer par le Aylan Kurdi - qui était au large de la Tunisie - quand il a posté le message ci-dessous. "L'ONG Sea Eye soutient le Mare Jonio. Nous sommes le Aylan Kurdi et nous sommes le dernier navire de secours en mer. Nous pourrions être beaucoup plus nombreux". 

Le Iuventa, de l'ONG Allemande Jugen Rettet, a lui aussi posté un message de soutien sur les réseaux sociaux. Depuis août 2017, la justice italienne a saisi le navire qu'elle accuse de complicité avec les passeurs libyens. Le navire, lui, a toujours clamé son innocence.

Le capitaine du Sea-Watch 3, a, de son côté, envoyé un message au capitaine du Mare Jonio. "L'équipage et moi-même soutenons le Mare Jonio qui a pris la bonne décision en ramenant 49 personnes dans un lieu sûr". Le Sea-Watch 3 de l’ONG Sea Watch est en escale dans le port de Marseille pour un problème administratif relatif à son pavillon néerlandais (et effectuer sa maintenance). Il devrait repartir en prochainement. 

L'Open Arms, bloqué depuis le mois de janvier 2019 à Barcelone par les autorités espagnoles, a lancé un appel de soutien au navire italien. Au printemps 2018, ce bateau de l'ONG Proactiva Open Arms avait déjà été placé un mois sous séquestre en Italie.

La plateforme Alarm phone, qui vient en aide aux migrants en mer, a elle aussi, envoyé un message de soutien au Mare Jonio. "La solidarité n'est pas un crime", a-t-elle tweeté. 

 

Et aussi