Mahmoud Diallo s'est dit "trop content" après avoir reçu la protection de la France. Crédit : capture d'écran Facebook
Mahmoud Diallo s'est dit "trop content" après avoir reçu la protection de la France. Crédit : capture d'écran Facebook

Mahmoud Diallo a reçu la protection subsidiaire de la France, deux mois après porté secours à une femme agressée sur son lieu de travail. Le jeune homme de 20 ans qui vit dans l’est de la France s’est dit "trop content".

Il est considéré comme un héros dans la petite commune iséroise d’Autrans, dans le Vercors. Mahmoud Diallo, un ressortissant guinéen de 20 ans, a reçu la protection subsidiaire délivrée par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), deux mois après son acte de bravoure.

"Il n'a pas obtenu le droit d'asile, mais l'État [français] a tenu compte du fait qu'il existe un risque pour lui de retourner dans son pays en raison de violences familiales", a précisé à l'AFP Stéphane Poulle, un Grenoblois qui l'héberge depuis son arrivée en France il y a un an.

>> À lire sur InfoMigrants : Le Malien sans-papiers ayant sauvé un enfant va être naturalisé français

"C’est une très bonne nouvelle. Je suis trop content. Je vais pouvoir recevoir une carte de séjour et travailler légalement en France", s’est félicité le jeune homme, orphelin et analphabète, au quotidien Le Parisien. La protection subsidiaire obtenue par le jeune homme donne en effet droit à une carte de séjour de quatre ans renouvelable par périodes de deux ans.

Fin janvier, le jeune homme, alors commis de cuisine stagiaire dans une association de la ville, était venu au secours d’une employée gravement blessée au visage par un autre collègue muni d’un couteau.

Mahmoud "a fait preuve d’un courage et d’un comportement exemplaire"

Alerté par les cris alors qu’il ramassait les assiettes de vacanciers dînant dans une pièce voisine, Mahmoud s’était précipité sur l’employé pris d’une crise de démence. Malgré son petit gabarit, le stagiaire avait réussi à maîtriser l’agresseur, bien plus imposant que lui, à l’éloigner de la victime et à le calmer. "Il lui a dit : ‘Chef, il ne faut pas toucher aux filles’", a raconté à l’AFP le maire de la ville d’Autrans, Hubert Arnaud.

Son geste avait été salué par une vague d’éloges de citoyens, d’élus de la région et des gendarmes en charge de l’enquête. Le jeune homme "a fait preuve d’un courage et d’un comportement exemplaire en évitant que l’agresseur ne continue de s’acharner sur la jeune femme blessée, mais aussi qu’il ne s’attaque à d’autres personnes du centre", a estimé la gendarmerie qui a appuyé sa demande de régularisation auprès de la préfecture régionale.

"Nous espérons que le préfet sera aussi sensible au geste héroïque de Mahmoud en lui accordant cette naturalisation", a déclaré au Parisien Stéphane Poulle, son hébergeur.

Samedi, le Guinéen qui souhaite devenir pompier a été distingué de la médaille de la ville d’Autrans. Il s’est dit "très touché" par cette distinction. 

 

Et aussi