Les garde-côtes ont interceptés et débarqués 72 migrants à Lampedusa. Crédit : Ansa
Les garde-côtes ont interceptés et débarqués 72 migrants à Lampedusa. Crédit : Ansa

Quelque 70 migrants originaires de Tunisie ont été débarqués jeudi soir sur l’île italienne de Lampedusa après avoir été interceptés en mer par les autorités italiennes. "Nous travaillons pour que les migrants (…) soient renvoyés chez eux dans les prochaines heures", a déclaré sur Twitter le ministre italien de l’Intérieur.

Soixante-douze migrants, dont une femme, ont été interceptés dans la matinée du jeudi 11 avril dans les eaux italiennes alors que leur embarcation faisait route vers les côtes siciliennes.

Des vedettes des douanes italiennes et des garde-côtes sont intervenues et le groupe a été transbordé avant d’être transféré dans la soirée à Lampedusa.

À leur arrivée au port, les migrants ont été pris en charge par l’Organisation internationale des migrations (OIM), puis conduit dans un hotspot de l’île.

La majorité des rescapés ont déclaré être originaires de Tunisie, et 17 autres de Libye. Mais les autorités avaient des doutes sur les nationalités déclarées. Selon les médias italiens, l’identification des naufragés a montré qu’ils étaient tous Tunisiens et que leur embarcation avait quitté le port de Sfax.

"On entre sur le sol italien dans le respect des règles. Nous travaillons pour que les migrants arrivés aujourd’hui à Lampedusa soient renvoyés chez eux dans les prochaines heures", a tweeté jeudi matin le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini.

Depuis son arrivée au pouvoir l’an dernier, le patron de la Ligue, parti d’extrême-droite, a interdit l’accès aux ports italiens aux navires portant secours aux migrants en Méditerranée. Dernier exemple en date : le Aylan Kurdi de l’ONG allemande Sea-Eye qui a secouru le 4 avril 64 migrants au large de la Libye erre depuis autour de Malte, après avoir été refoulé de Lampedusa.


 

Et aussi