Des migrants se préparent à quitter le campement de la Chapelle, le 29 janvier 2019 (archive). Crédit : Anne-Diandra Louarn / InfoMigrants
Des migrants se préparent à quitter le campement de la Chapelle, le 29 janvier 2019 (archive). Crédit : Anne-Diandra Louarn / InfoMigrants

Près de 300 migrants ont été évacués vendredi matin de deux campements dans le nord de Paris, portant à près de 800 le nombre de personnes prises en charge en l'espace de deux jours, a indiqué la préfecture de région.

Il s’agit de la troisième évacuation porte de la Chapelle en une semaine : vendredi 12 avril au matin, ce sont près de 300 migrants qui ont été pris en charge par la préfecture. La veille, ils avaient été environ 500 à être évacués de ces mêmes campements.

>> À (re)lire sur InfoMigrants :  Nouvelles évacuations de campements à porte de la Chapelle et porte d’Aubervilliers

"Nous avons mis à l'abri 269 hommes isolés et une personne vulnérable" sur ces deux campements situés en parallèle du boulevard périphérique, a indiqué à l'AFP la préfecture. Au total "785 personnes" ont été prises en charge sur deux jours, une première évacuation jeudi matin ayant permis la mise à l'abri de 387 personnes porte de la Chapelle, ainsi que des familles installées un peu plus loin, vers la porte d'Aubervilliers.

Ces campements sont régulièrement démantelés. Il y a une semaine, 400 personnes avaient aussi été évacuées.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Des centaines de migrants laissés sur place après une évacuation du camp de Porte de la Chapelle

Toujours selon la préfecture, "il n'y avait plus personne porte de la Chapelle" à l’issue du démantèlement vendredi. Des équipes municipales ont commencé à nettoyer la place, a-t-on également précisé.

De violentes rixes nocturnes entre Érythréens, Soudanais et Afghans notamment avaient éclaté le week-end dernier sur ce campement, un vaste parvis bruyant et sombre sous les bretelles de l'autoroute où les conditions sanitaires étaient très dégradées, faisant plusieurs blessés. Dix-sept personnes avaient été interpellées.

 

Et aussi