Une femme est morte noyée dimanche 14 avril en mer Égée.  Crédit : Picture alliance
Une femme est morte noyée dimanche 14 avril en mer Égée. Crédit : Picture alliance

Cinquante et une personnes ont atteint Samos, dimanche. Parmi elles, une femme est morte noyée, en tentant de débarquer. Le même jour, un autre groupe de 41 migrants a été secouru sur leur embarcation par une patrouille grecque.

Un groupe de 51 migrants a réussi à débarquer sur une côte rocheuse près du port de Karlovassi sur l'île de Samos, ont indiqué dimanche 14 avril les garde-côtes grecs. Une femme, qui faisait partie du groupe, n'a pas survécu. Elle est morte noyée après être tombée à l'eau, ont rapporté des rescapés.

Aucune information n'a été pour le moment publiée sur l'identité de la victime.

Un autre groupe de 41 personnes se trouvant à bord d'une embarcation en difficulté au large de l'île a été secouru par une patrouille grecque dimanche matin avant qu'elles soient transférées saines et sauves au port.

Samos est l'une des cinq îles grecques de la mer Egée - avec Lesbos, Chios, Leros et Kos - où des dizaines de migrants et de réfugiés en quête d'Europe arrivent quotidiennement depuis la Turquie. Le flux a considérablement repris depuis début janvier.

>> À relire sur InfoMigrants : À Samos, des parents refusent que leurs enfants partagent leur école avec des élèves migrants

Le camp de Samos est le plus surpeuplé : 4 000 personnes y vivent alors que sa capacité théorique n'est que pour 648, selon des chiffres officiels. InfoMigrants s’y était rendu au mois de décembre. Les conditions de vie étaient terribles : le camp officiel s’est élargi hors des limites officielles. Des tentes, posées à même la terre boueuse, jouxtent des amoncellements de détritus.  Le ministère grec de la Politique migratoire, Dimitri Vitsas, a déclaré que Samos est "sous une pression particulière". Il a récemment annoncé la création prochaine d'un nouveau camp sur l'île pour parer aux problèmes de surpopulation.

Le gouvernement transfère régulièrement des personnes dites "vulnérables" (femmes, enfants, malades) de l'île de Samos vers des camps en Grèce continentale pour réduire leur nombre sur l'île.

Dimanche, 500 personnes ont été transférées au Pirée, grand port près d'Athènes, selon l'Agence de presse grecque Ana.


 

Et aussi