Le Colibri, de Pilotes volontaires, a décollé mercredi 30 avril, à 6h du matin pour tenter de repérer l'embarcation disparue. Crédit : capture d'écran Twitter
Le Colibri, de Pilotes volontaires, a décollé mercredi 30 avril, à 6h du matin pour tenter de repérer l'embarcation disparue. Crédit : capture d'écran Twitter

Lundi soir, vers 19h, plusieurs associations et ONG d’aide aux migrants ont relayé l’appel d’un canot de migrants en détresse en pleine mer Méditerranée. Les garde-côtes italiens ont été prévenus. Ce mardi matin, le canot avait disparu des écrans radars.

Lundi 29 avril, vers 23h, Alarm Phone, une plateforme téléphonique qui réceptionne les appels de détresse des migrants en mer Méditerranée, poste un message sur son compte Twitter. Un canot de 23 personnes est en détresse au large des côtes libyennes, au milieu de la mer. Des femmes et des enfants seraient à bord, affirment les naufragés à Alarm Phone. Et leur moteur est cassé.

L'alerte est immédiatement transmise aux autorités italiennes et maltaises.

Les ONG, comme le Sea Watch et le Mare Jonio, relaient aussi l'appel de détresse et exhortent les autorités européennes à agir au plus vite. Aucun navire humanitaire n'est en zone de détresse (SAR zone), ce lundi 29 avril.

Alarm Phone perd le contact avec l'embarcation. "Nous continuerons à essayer de joindre le bateau, mais le contact a été perdu il y a 8 heures et les chances de re-connexion sont minces", peut-on lire sur Twitter mardi matin.

Les autorités italiennes ont-elles répondu à l'appel de détresse ? Oui, affirme Alarm Phone. "Ils nous ont dit qu’ils s’occupaient du dossier", déclare Maurice Stierl, l'un des membres d'Alarm Phone, joint par InfoMigrants.

Seulement, plusieurs heures plus tard, les associations ne reçoivent aucune nouvelle des autorités italiennes. "Les garde-côtes italiens ne nous tiennent pas informés. Ils ne communiquent pas avec nous sur leur stratégie", explique Maurice Stierl.

La nuit de lundi passe et toujours aucune nouvelle, ni des autorités, ni de l'embarcation. Alarm Phone s'inquiète. "Toute la nuit, nous avons essayé de renouer avec les 23 personnes, mais nous n’avons pas pu les atteindre. Ils sont maintenant en mer depuis plus de 33 heures - nous espérons qu’ils ont survécu à la nuit", poste la plateforme sur Twitter.

Ont-ils été secourus ? Difficile de savoir. Les autorités italiennes n'ont pas communiqué, déplorent les ONG. "Nous pensons que le canot n’a pas encore été secouru. Nous espérons que les autorités italiennes nous avertiraient de leur sauvetage, si cela avait été le cas".

Dans le doute, le Colibri, le petit avion de l’association Pilotes volontaires, a décollé mardi matin pour essayer de repérer l’embarcation depuis les airs. "Nous avons décollé à 6 h du matin après avoir reçu le message de Navtex, il est maintenant 11h, et notre avion n’a repéré aucune embarcation", a déclaré Benoit Micolon, un des pilotes de l’association, joint par InfoMigrants.

 

Et aussi