Image d'archives d'une embarcation de migrants en mer Méditerranée. Crédit : Reuters
Image d'archives d'une embarcation de migrants en mer Méditerranée. Crédit : Reuters

Le canot avec à son bord 23 migrants en détresse, a été secouru mardi au large des côtes libyennes par des pêcheurs, selon Alarm Phone. Les naufragés ont été renvoyés en Libye. "Nous craignons pour leur sécurité en zone de guerre libyenne", a tweeté la plateforme téléphonique.

Les 23 migrants, dont l’embarcation était en détresse depuis le lundi 29 avril au large de la Libye, ont été secourus mardi dans la soirée, selon Alarm Phone. La plateforme téléphonique, qui réceptionne les appels de détresse des migrants en mer Méditerranée, a reçu un coup de téléphone vers 18h mardi 30 avril d’un parent dont le proche se trouvait à bord.

>> À lire sur InfoMigrants : inquiétude autour de la disparition en mer d’un canot d’une vingtaine de migrants

"Ils ont été sauvés par des pêcheurs et renvoyés en Libye", a indiqué sur Twitter l’organisation, qui n’a pas plus de détails sur l’heure exacte du sauvetage et sur l’identité des sauveteurs.

La plateforme téléphonique était en contact depuis le début de la semaine avec un groupe de 23 migrants, dont des femmes et des enfants, en détresse au large des côtes libyennes, au milieu de la mer. Le moteur de leur embarcation était cassé.

Même si l’alerte a été immédiatement transmise aux autorités italiennes et maltaises, aucun secours européen n’atteint la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone). Une situation qui a rapidement inquiété les ONG. D’autant qu'Alarm Phone avait perdu le contact avec le canot en détresse. "Toute la nuit, nous avons essayé de renouer avec les 23 personnes, mais nous n’avons pas pu les atteindre. Ils sont maintenant en mer depuis plus de 33 heures - nous espérons qu’ils ont survécu à la nuit", avait posté la plateforme sur Twitter.

Après plusieurs heures d’incertitude, les migrants ont dont finalement été renvoyés en Libye, mais la plateforme reste inquiète. "Nous espérons qu’ils ont tous survécu, mais nous craignons pour leur sécurité en zone de guerre libyenne", déplore Alarm Phone.

 

Et aussi