Le Mare Jonio quitte Lampedusa, le 7 mai 2019. Crédit : TWitter / @RescueMed
Le Mare Jonio quitte Lampedusa, le 7 mai 2019. Crédit : TWitter / @RescueMed

Le bateau italien de l’ONG Mediterranea reprend du service. Il doit se rendre mercredi dans la zone de détresse au large de la Libye. Il sera rejoint fin mai par le Sea-Watch 3 qui annonce la reprise prochaine de ses sauvetages en mer.

Seul navire humanitaire actuellement en Méditerranée, le Mare Jonio, affrété par le collectif italien de gauche et d’extrême-gauche Mediterranea, a quitté Lampedusa en Italie mardi 7 mai, pour rejoindre la zone de détresse et de sauvetage (SAR zone) libyenne. Il se trouvait mercredi matin au large de la Tunisie et devrait approcher la Libye dans la journée.

Le Mare Jonio entre Lampedusa et les ctes tunisiennes le matin du 8 mai 2019

Le navire devrait rester sur zone jusqu’au samedi 11 mai, date à laquelle est prévu son changement d’équipage, a indiqué Filippo Miraglia, membre de Mediterranea, joint par InfoMigrants.



Le bateau italien qui avait secouru mi-mars 49 migrants au large de la Libye, avait été déclaré inapte à faire des opérations de sauvetage en mer. Victime d'une avarie, il avait été inspecté dans le port de Marsala, en Sicile, par des garde-côtes spécialisés dans la sécurité maritime. Ils ont conclu que le Mare Jonio ne répondait pas aux normes pour faire des opérations de secours et garantir la sécurité de l'équipage. Le Mare Jonio avait en outre été sanctionné pour des irrégularités à bord, selon les garde-côtes italiens.

>> À lire sur InfoMigrants : Le navire humanitaire Mare Jonio n’a pas le droit de retourner en Méditerranée

Le Sea-Watch 3 de retour en Méditerranée fin mai

Il devrait être rejoint prochainement par un second bateau humanitaire : le Sea-Watch 3. Le navire de l’ONG allemande Sea Watch doit repartir en mer fin mai.

Ce navire était bloqué dans le port de Marseille, dans le sud de la France, depuis un mois pour un problème administratif relatif à son pavillon néerlandais. Mais le Sea-Watch 3 a obtenu gain de cause en justice mardi 7 mai, après avoir attaqué les Pays-bas qui lui imposaient de se conformer à de nouvelles règles.



L’ONG est en train de reconstituer un équipage suffisamment conséquent pour reprendre ses activités de sauvetage humanitaire en Méditerranée d’ici la fin du mois, a indiqué la communication de Sea-Watch à Infomigrants.

>> À lire sur InfoMigrants : Les 23 naufragés en détresse en pleine mer depuis lundi ont été secourus et renvoyés en Libye

 

Et aussi

Webpack App