Le navire humanitaire Mare Jonio a secouru jeudi 29 personnes au large de la Libye. Crédit : Mediterranea
Le navire humanitaire Mare Jonio a secouru jeudi 29 personnes au large de la Libye. Crédit : Mediterranea

Jeudi 9 mai, un navire militaire italien et le navire humanitaire Mare Jonio ont secouru 65 migrants en détresse au large de la Libye. Les 36 naufragés pris en charge par la marine italienne vont pouvoir débarquer vendredi en Sicile après un accord de répartition entre plusieurs pays européens. Ceux secourus par le Mare Jonio ont, quant à eux, accosté à Lampedusa.

Après plusieurs heures d'incertitude, les naufragés du Mare Jonio ont finalement pu débarquer à Lampedusa, a indiqué vendredi 10 mai sur Twitter le collectif Mediterranea. La veille dans la soirée, le navire humanitaire avait annoncé avoir recueilli 29 personnes - dont un enfant de un an et trois femmes – en détresse à 40 milles nautiques des côtes libyennes. 

Un peu plus tôt, la marine italienne est montée à bord pour effectuer des contrôles et a ensuite escorté le navire humanitaire jusqu'au port. Selon le collectif, le ministère italien de l’Intérieur souhaite saisir le bateau humanitaire. "Aucune irrégularité n’a été trouvée. La saisie est faite pour nous arrêter mais il est important pour nous que les gens soient en sécurité. Le seul crime est que des personnes meurent en mer ou en Libye", a insisté Mediterranea. Dans un premier temps les autorités italiennes étaient déterminées à garder leurs ports fermés

Une autre opération de sauvetage a également eu lieu jeudi matin à 75 milles nautiques de la Libye (environ 140 km) par le patrouilleur Cigala Fulgosi de la marine italienne, dans le cadre de l’opération "Mare Sicuro" ("mer sûre"). L'opération Mare Sicuro vise essentiellement à protéger les plateformes pétrolières et les pêcheurs entre la Sicile et la Libye. Selon la marine, le Cigala Fulgosi était aussi chargé de la protection à distance du Capri, un navire italien posté dans le port de Tripoli pour fournir un soutien logistique aux garde-côtes libyens.

L’embarcation secourue prenait l’eau et les 36 personnes à bord, parmi lesquelles deux femmes et huit enfants, "étaient en danger de mort" a expliqué dans un communiqué la marine italienne, en expliquant avoir pris les migrants à bord "conformément au droit italien et international". Les 36 migrants secourus par la marine italienne pourront bien débarquer en Sicile vendredi après un accord de répartition entre plusieurs pays européens.

 

Et aussi