Un résident du camp Moria à Lesbos fait la queue pour déposer les papiers d'identité nécessaires à demande l'asile. Crédit : Claire Paccalin, janvier 2019
Un résident du camp Moria à Lesbos fait la queue pour déposer les papiers d'identité nécessaires à demande l'asile. Crédit : Claire Paccalin, janvier 2019

Un tribunal de l'île de Lesbos en mer Égée a acquitté jeudi soir une centaine de demandeurs d'asile accusés d'avoir protesté contre leurs conditions de vie.

Ils étaient plus d’une centaine sur le banc des accusés : un groupe de demandeurs d’asile, en majorité Afghans, a été acquitté jeudi 9 mai par un tribunal de l’île de Lesbos, en Grèce. Ils avaient été accusés d’avoir occupé en avril 2018 une place publique du centre de Mytilène, le chef-lieu de l'île, pour protester contre leurs conditions de vie dans le camp surpeuplé et insalubre de Moria. Ils avaient également été accusés d’avoir fait usage de la force physique et de résistance.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Grèce : le nombre d’agressions envers des migrants en progression

Des chefs d'accusation “dénués de tout fondement”, a commenté dans la presse locale l'une des avocates de la défense, Me Elli Kriona-Sarantou, en se félicitant du jugement du tribunal. "Nous n'avons rien fait. Nous avons été attaqués par des extrémistes. Nous sommes innocents", a, pour sa part, déclaré à l'AFP Hadisse Hosseini, l'une des personnes acquittées.

Cet Afghan faisait partie des quelque 200 migrants rassemblés sur la place Sappho le 22 avril 2018 pour dénoncer leurs conditions de vie après la mort d’un autre Afghan souffrant de manque de soins de santé. Leur rassemblement avait été pris à partie par environ 150 militants d'extrême droite, qui leur avaient jeté des pierres et des fusées éclairantes. Des affrontements avaient suivi, entraînant l'intervention de la police.

"Une situation qui nourrit l'impunité"

Me Elli Kriona-Sarantou s'est dit préoccupée du fait que les militants d'extrême droite n'aient pas encore été jugés, "une situation qui nourrit l'impunité sur l'île". Seuls 26 agresseurs ont été identifiés par la police et doivent comparaître à une date qui n'a pas encore été fixée.

Du même avis, Vassilis Kerasiotis, le directeur de la branche grecque de l’ONG HIAS, estime que cette décision de justice “n’appelle à aucune célébration”. L’organisme a défendu plus d’une trentaine des migrants accusés. “Le simple fait que 110 participants à une manifestation pacifique aient été jugés par un tribunal, après avoir subi une attaque raciste et un recours disproportionné à la violence par la police, est extrêmement préoccupant”, a-t-il commenté sur la page Facebook de HIAS.

La situation est explosive en particulier sur les îles de Lesbos et de Samos où les camps sont surpeuplés. À Lesbos, le nombre des migrants et des demandeurs d'asile s'élève à environ 7 000 personnes alors qu'il n'y a que 4 200 places disponibles pour eux dans les camps et les logements de l'île. 

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Reportage : à Moria, l'attente interminable des migrants africains

Dans le camp de Samos la situation est pire : 3 175 personnes y vivent actuellement contre une capacité de 648 personnes, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère de la Protection du citoyen.

 

Et aussi