InfoMigrants
InfoMigrants

Alors que la France se prépare à une grande vague de froid, le gouvernement a lancé un plan national pour venir en aide aux sans-abris et aux migrants, à la rue.

Le ministre de l’Intérieur l’a promis. Cet hiver, "il y aura de la place pour tout le monde" au chaud, à l’abri. Les SDF mais aussi les migrants devraient donc tous pouvoir profiter du dispositif "grand froid" mis en place lundi 16 janvier par le gouvernement français. "Le Premier ministre [Bernard Cazeneuve] a souhaité que nous activions le plan grand froid […] sur tout le territoire et contrôlé de façon permanente", a déclaré Bruno Le Roux sur Europe 1.

La vague de froid est arrivé lundi 16 janvier sur la quasi-totalité de la France, la première de cette ampleur depuis 2012. Les températures seront inférieures de "quatre à huit degrés" aux normales saisonnières, selon Météo-France. Le ministre de l’Intérieur a appelé les citoyens à composer le 115, numéro d’urgence destiné aux sans-abri "dès qu’ils verront dans les prochains jours des personnes en situation de détresse."

Pour faire face aux demandes, un "bilan quotidien des besoins" sera établi avec les préfets, a expliqué Bruno Le Roux. Des gymnases, des salles communales pourront être réquisitionnés pour assurer une place à tous. Des maraudes vont aussi être intensifiées. "Personne ne devra rester dans la rue, ni sans domicile fixe, ni migrant", a insisté le ministre.

Jusqu'à présent, les dispositifs d'accueil - souvent saturés - étaient jugés insuffisants par de nombreuses associations. Selon Médecins sans frontières (MSF), beaucoup de migrants dormant dehors se sont plaints du harcèlement des forces de l'ordre, notamment vers la Halle Pajol et autour du centre d’accueil de Paris, dans le 18e arrondissement de paris. La semaine dernière, MSF a même accusé les policiers de vol de couvertures.

En Europe, le froid a déjà fait des victimes, notamment dans les Balkans, où transitent de nombreux migrants. Deux Irakiens et une Somalienne ont été trouvés morts en Bulgarie après leur arrivée de Turquie. A la frontière gréco-turque, un jeune Afghan de 20 ans est décédé le 3 janvier après avoir traversé la rivière Evros de nuit par des températures atteignant -10°C.  En Grèce, en Serbie, en Hongrie, des milliers de personnes survivent toujours dans des camps inadaptés au froid, ou dans la rue.
 

Et aussi