STR / AFP | Trois migrants tentant de traverser la Manche entre la France et la Grande-Bretagne dans un canoë gonflable au large des côtes françaises à Calais, le 4 août 2018.
STR / AFP | Trois migrants tentant de traverser la Manche entre la France et la Grande-Bretagne dans un canoë gonflable au large des côtes françaises à Calais, le 4 août 2018.

La majorité des personnes qui fuient les violences ou la répression et qui demandent une protection en Europe arrivent le plus souvent de manière irrégulière. La Grèce, l’Italie, l’Espagne, la Bulgarie sont les principaux pays d’entrée des exilés. Une fois le pied en Europe, c’est un parcours semé d’embûches qui démarre pour eux, notamment à cause du Règlement Dublin. Créé en 2013, il institue un principe simple en théorie, mais qui pose de nombreux problèmes en pratique : c’est le pays d'entrée qui est chargé de l’examen d'une demande d'asile. Un règlement sous le feu des critiques, qualifié par les associations de machine infernale de l’asile européen.



Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi