Cette embarcation qui transportait 123 migrants est arrivée sur les côtes de l'île de La Réunion le 13 avril 2019. Crédit : Bruno Grondin / Capture d'écran Facebook
Cette embarcation qui transportait 123 migrants est arrivée sur les côtes de l'île de La Réunion le 13 avril 2019. Crédit : Bruno Grondin / Capture d'écran Facebook

Trois Indonésiens soupçonnés d’avoir illégalement transporté 120 migrants sri-lankais jusqu’aux côtes françaises de l’île de La Réunion en avril dernier ont été reconnu coupables mercredi. Les trois hommes affirment avoir été piégés.

C’est la première fois que des passeurs sont jugés à La Réunion : trois Indonésiens ont été condamnés mercredi 15 mai à des peines allant de 12 mois à 18 mois de prison ferme pour avoir fait entrer à La Réunion le 13 avril dernier 120 migrants sri-lankais, indique l’AFP citant des sources judiciaires. Ils ont également été interdits définitivement de territoire français.

Le juge a ainsi suivi les réquisitions de la procureure. Les trois membres d’équipage étaient poursuivis pour aide à l'entrée ou au séjour irrégulier en bande organisée et mise en danger de la vie d'autrui.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Plus de 120 migrants probablement sri-lankais interceptés à La Réunion

“Nous avons été embauchés en Indonésie pour participer à une campagne de pêche", ont plaidé les trois hommes, pêcheurs de profession, niant être des passeurs. "À bord de petites embarcations nous avons été conduits au large où nous avons embarqués sur un gros bateau", a déclaré à la barre l'un des mis en cause.

“Je n'étais pas d'accord alors les hommes qui m'avaient recruté m'ont menacé de mort”

Selon leurs dires, ce n’est que lorsque les migrants sont montés à bord qu’ils ont compris qu’ils allaient devoir les emmener avec eux. “J'ai dit que je n'étais pas d'accord, j'ai voulu descendre. Les hommes qui m'avaient recruté m'ont menacé de mort et m'ont dit que je n'avais qu'à rentrer à la nage", s'est défendu l'un des condamnés.

Les trois Indonésiens ont aussi affirmé qu'un "chef sri-lankais" les surveillait à bord. L'homme n'a toutefois pas été identifié par les enquêteurs.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : La grande majorité des migrants sri-lankais arrivés à La Réunion sont expulsés vers leur pays

Un peu plus de 4 000 kilomètres séparent La Réunion du Sri Lanka. Il s’agit d’une traversée périlleuse et très coûteuse. Pour autant, de plus en plus de migrants semblent emprunter cette route. Depuis mars 2018, 273 personnes en provenance du Sri Lanka sont arrivées à La Réunion, et les autorités soupçonnent la mise en place de filières d'immigration illégales.

Soixante des 120 migrants emmenés par les trois hommes ont déjà été expulsés vers leur pays. Les autres font partie des 130 demandeurs d’asile toujours dans l'attente d'une décision de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).

 

Et aussi