Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.
Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.

Nourriture insuffisante et de mauvaise qualité, eau sale, manque de médicaments, sanitaires pas assez nombreux… Des Africains, mais aussi des hommes issus de pays asiatiques, tirent la sonnette d’alarme sur leurs conditions de vie dans un centre de détention pour étrangers – appelé "Trinta" – à l’est de Luanda, la capitale de l’Angola.

Situé à une trentaine de kilomètres de Luanda, ce centre est géré par le Service des migrations et des étrangers (SME), un service du ministère de l’Intérieur angolais. Des centaines d’étrangers se trouvent à l’intérieur, de toutes nationalités, sans savoir quand ils seront relâchés, qu’ils soient ou non en situation irrégulière. Les organismes de défense des droits de l’homme dénoncent le manque d’accès à ce centre.


>> POUR EN SAVOIR PLUS : "C’est une prison" : le cri d’alarme d’un Rwandais dans un centre pour étrangers en Angola

 

Texte initialement publié sur : Les Observateurs

 

Et aussi