Lettre d'un étudiant soudanais au Parlement européen. Crédit : InfoMigrants
Lettre d'un étudiant soudanais au Parlement européen. Crédit : InfoMigrants

InfoMigrants a reçu une lettre ouverte d’un réfugié soudanais, Ahmad, aujourd’hui étudiant à Lyon. Le jeune homme de 27 ans, qui a fui le Darfour, est arrivé en France en 2017. Il implore l’Union européenne de mener une politique migratoire d'accueil et de main tendue.

Mesdames et Messieurs les membres du Parlement européen,

Je vous écris cette lettre […] à la lumière des nombreux changements qui se produisent dans le monde aux niveaux politique, économique et environnemental.

[Après votre élection], vous allez aussi faire face à de nombreux problèmes, plus particulièrement sur la question des réfugiés.

Je vous écris, parce que je suis réfugié en Europe. Ma situation est celle de millions de réfugiés, qui ont dû quitter leurs pays pour chercher une sécurité et une vie décente.

Mesdames et Messieurs, peut-être avez-vous été témoins des morts de masse en mer Méditerranée ces dernières années.

Vous avez peut-être vu nos photos, nous vivons dans les rues et sous les ponts de vos belles villes, que ce soit à la périphérie de Paris, de Rome, de Berlin ou de Bruxelles.

Vous avez certainement vu nos files d’attente pour avoir de la nourriture, des vêtements, accéder à des toilettes, nos files d’attentes dans les bureaux administratifs. Nos files d’attente partout.

Vous avez certainement vu les marchés d’esclaves : nous y sommes revenus, au XXIe siècle, quand nous pensions que c’était fini.

Mesdames et Messieurs, c’est un désastre auquel nous avons été confrontés.

Cela m’amène à vous demander des secours, de l’aide pour sauver les migrants. Vous devez nous répondre pour trouver des solutions à cette crise humanitaire.

1-     Vous devez faire quelque chose face au déclin des navires de sauvetage en Méditerranée

Les politiques européennes en matière d'immigration ont entraîné le naufrage de milliers d'immigrants dans la Méditerranée ! Je m’adresse à vos consciences : pour la sécurité de la vie de ces réfugiés, il ne faut pas resserrer l’emprise sur [les navires humanitaires] qui souhaitent nous aider.

2-     Vous devez aider les milliers d’immigrés qui se sont égarés en Libye

La vie de ces personnes est en danger, surtout celle des enfants et des femmes. La mort les encercle de tous les côtés, ainsi que la faim, la maladie et les risques de guerre.

Ils ne savent pas où ils vont aller. Leurs vies ne doivent pas être prises dans le jeu des pressions politiques, ne doivent pas être un enjeu d'échange, de négociations, de règlement de comptes entre plusieurs pays.

3-     Aider ceux qui sont en Europe

Certains de ceux qui sont arrivés en Europe n’ont guère un sort meilleur que ceux restés en Libye.

Ils souffrent de procédures arbitraires (règlement Dublin, longue période d'attente, refus de l’asile…) Ils ne peuvent pas commencer une vie décente dans leurs nouveaux pays d’accueil.

Après avoir fui des catastrophes, ils rencontrent des problèmes et des catastrophes nouvelles et plus complexes.

Je vous invite donc à revoir les politiques d'asile principalement le règlement Dublin, qui affecte beaucoup les réfugiés.

Mesdames, Messieurs, vous devez convenir que la rhétorique de la haine s'est intensifiée. Il y a la montée des mouvements extrémistes, leurs déclarations et leurs appels ont été clairs : ils ont annoncé le rejet de l’Autre.

J'espère que votre nouvelle assemblée sélectionnera des membres plus ouverts qui acceptent les réfugiés.

Notre avenir dépend de qui sera élu.

***

La rédaction d'InfoMigrants a modifié le texte original pour le raccourcir. Hamad Gamal, l'auteur de la lettre, vit aujourd'hui à Lyon. Après avoir quitté le Darfour, traversé la Libye et la mer Méditerranée, le jeune homme est arrivé sur le sol italien en 2017. Dubliné, il a rejoint la France quelques mois plus tard. L'Ofpra lui a accordé l'asile en janvier 2018. Il étudie aujourd'hui la sociologie à l'université Lyon 2. 

 

Et aussi