Image d'illustration. Crédit : Reuters
Image d'illustration. Crédit : Reuters

Un Roumain de 32 ans a été jugé dans le nord de la France pour avoir tenté de faire passer en Angleterre neufs migrants âgés de 18 à 75 ans. Les victimes étaient cachés à l'intérieur de cartons, d’environ un mètre de long et 80 cm de large, à l’arrière d’un camion parti de Roumanie.

Les douaniers français de Ouistreham, dans le Calvados, ont fait une étrange découverte lors d’un contrôle au port de la ville. Mercredi 15 mai en fin de matinée, ils sont intrigués par le comportement d’un homme qui fait des allers et retours incessants entre son véhicule et le ferry en partance pour la Grande-Bretagne. 

En ouvrant son camion, les douaniers aperçoivent des cartons de jouets, tous marqués "fragiles".

>> À lire sur InfoMigrants : Maroc-Espagne : à Melilla, des migrants cachés sous les tableaux de bord de voiture

Entre 3 000 et 10 000 euros le trajet

À l’intérieur de cinq grands cartons, d’environ un mètre de long et 80 cm de large, ils découvrent neuf migrants qui vont s’extraire avec difficultés de leur cachette.

Ces derniers, originaires d’Afghanistan, de Russie et d’Iran, sont âgés de 18 à 75 ans. Ils disent avoir payé entre 3 000 et 10 000 euros à plusieurs passeurs sur la route. Le convoi parti de Roumanie, a traversé l’Allemagne, la Belgique et la France, et espérait rejoindre l’Angleterre.

>> À lire sur InfoMigrants : Un migrant irakien retrouvé caché dans un cercueil pour traverser le tunnel sous la Manche

Selon les douaniers, chaque migrant disposait d’une bouteille d’eau, de biscottes et d’un sachet en plastique pour faire ses besoins. Les cartons étaient percés de deux trous d’aération.

Deux ans de prison

Le chauffeur, un Roumain de 32 ans, a affirmé lors de son jugement au tribunal de Caen vendredi 17 mai, qu’il pensait transporter des jouets, mais que lors d’une halte sur une aire d’autoroute, il a aperçu les migrants. Il aurait alors voulu faire demi-tour mais son patron l’aurait menacé de représailles sur sa famille.

"Cette procédure transpire le réseau de passeurs", a estimé le ministère public. "Transporter neuf clandestins nécessite un minimum de préparation que seul un réseau existant et structuré peut apporter".

L’homme, jugé pour "transport dans des conditions indignes", a écopé de deux ans de prison ferme et d’une interdiction définitive du territoire français.

 

Et aussi