Des migrants à bord d’un canot surchargé sont interpellés par les garde-côtes libyens. Crédit : Reuters (archive)
Des migrants à bord d’un canot surchargé sont interpellés par les garde-côtes libyens. Crédit : Reuters (archive)

Les corps sans vie d'une femme et d'un enfant ont été retrouvés dimanche au large de la Libye après le naufrage de leur embarcation. Selon les garde-côtes libyens, 25 autres migrants qui se trouvaient à bord sont portés disparus.

Un naufrage au large de la Libye, dimanche 2 juin, a fait au moins 2 morts dont une femme et un enfant qui ont été repêchés par les garde-côtes libyens. Selon ces derniers, 73 migrants ont été secourus lors de ce naufrage. Certains sont blessés et souffrent notamment de brûlures, précisent-ils sur Twitter, publiant également une courte vidéo des survivants débarqués à terre.

Les rescapés - 40 hommes, 25 femmes et 8 enfants - sont originaires du Kenya, de la Côte d'Ivoire, du Nigeria et du Soudan. Tous ont été secourus et conduits au centre de rétention de Tajoura, dans la banlieue-est de la capitale libyenne.

Le canot pneumatique sans moteur qui a fait naufrage transportait entre 80 et 100 migrants, laissant jusqu'à 25 personnes portées disparues, affirme une source officielle dans un communiqué. Aucun chiffre exact n’a toutefois été mentionné, les garde-côtes affirmant simplement se baser sur les témoignages des migrants secourus.

Des migrants braqués en pleine mer

Le porte-parole de la marine libyenne, Ayoub Kacem, avait auparavant indiqué que les migrants avaient été braqués par des inconnus ayant dérobé le moteur du canot en pleine mer. Les migrants se sont trouvés immobilisés au large tandis que l'embarcation commençait à prendre l'eau, à 14 milles nautiques (environ 26 km) au large de Garabulli, à l'est de Tripoli, selon le général Kacem.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Après 23 heures d’attente en pleine mer, des migrants finalement secourus par la marine italienne

Les agences de l'ONU et organisations humanitaires rappellent régulièrement leur opposition à ce que les migrants arrêtés en mer soient ramenés en Libye, en proie au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, et où ils se retrouvent placés "en détention arbitraire" ou à la merci de milices.

Aucune donnée officielle n'est disponible sur le nombre de migrants, souvent clandestins, présents en Libye. Il est estimé à plusieurs centaines de milliers.

La veille du naufrage, le général Kacem avait affirmé au cours d'une conférence de presse que les "efforts des gardes-côtes libyens" avaient permis une importante baisse du nombre des départs de migrants depuis les côtes libyennes.

 

Et aussi