Le Sea-Watch 3 va reprendre la mer dans quelques jours. Crédit : picture-alliance/dpa
Le Sea-Watch 3 va reprendre la mer dans quelques jours. Crédit : picture-alliance/dpa

Bloqué par la justice italienne depuis la mi-mai, le navire humanitaire de l’ONG Sea Watch va reprendre du service d’ici la semaine prochaine. Il sera alors le seul navire humanitaire à sillonner la mer Méditerranée à la recherche de migrants en détresse.

“Le Sea-Watch 3 est libre !” Dans un tweet publié samedi 1er juin, l’ONG allemande Sea Watch a annoncé que son navire humanitaire éponyme venait de recevoir l’autorisation de repartir en mer. Le Sea-Watch 3, qui bat pavillon néerlandais, était bloqué depuis le 20 mai par la justice italienne dans le cadre de poursuites pour aide à l'immigration illégale.

“Nous n’avons pas encore la date exacte de la reprise de nos opérations, mais nous comptons retourner en mer dès que possible. Cela se fera au plus tard en début de semaine prochaine”, a indiqué un porte-parole de Sea Watch, joint par InfoMigrants.

“On savait qu’on allait être relâchés car on n’a rien fait de mal. Mais c’est dur de voir que des gens avaient besoin de nous en Méditerranée pendant tout ce temps, et que nous étions bloqués”, poursuit le porte-parole. “Nous sommes heureux de reprendre la mer mais très affectés par la criminalisation des ONG qui a lieu ces derniers temps.”

Déjà immobilisé une première fois pendant près de trois mois pour cause d’ennuis judiciaires, le Sea-Watch 3 a de nouveau été bloqué après avoir secouru 65 migrants au large de la Libye, le 15 mai dernier.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Premier sauvetage du Sea-Watch depuis des mois, 65 migrants secourus

Malgré la politique de "fermeture des ports" du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini (extrême droite), les rescapés avaient été autorisés à débarquer sur l'île de Lampedusa. Une opération de secours qui avait provoqué la fureur de Matteo Salvini, semblant découvrir le débarquement en temps réels à la télévision.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Une cinquantaine de migrants débarquent à Lampedusa et déclenchent la colère de Salvini

Le ministre estime que les migrants qui partent en mer depuis la Libye doivent être remis aux garde-côtes libyens, conformément à un accord conclu avec eux, mais les organisations humanitaires qui se portent au secours des migrants refusent de s'y conformer, arguant qu’il ne s’agit pas d’un port d’accueil sûr.

 

Et aussi