Douze migrants sur les 18 arrivés illégalement à Mayotte fin mai ont été expulsés du territoire. Crédit : google maps
Douze migrants sur les 18 arrivés illégalement à Mayotte fin mai ont été expulsés du territoire. Crédit : google maps

Le ministre français de l’Intérieur a déclaré que 12 migrants sri-lankais sur les 18 arrivés illégalement fin mai à Mayotte "seront reconduits" à la frontière.

Douze migrants parmi les 18 arrivés illégalement fin mai à Mayotte vont être renvoyés dans leur pays.

"C’est un message politique que nous devons faire passer (…) Il n’y a pas de destination Mayotte pour une immigration irrégulière organisée par des passeurs", a déclaré le ministre français de l’Intérieur.

Selon Christophe Castaner, qui s’exprimait lors d’une audition de la commission d’évaluation des politiques publiques à l’Assemblée nationale, seul le dossier d’un de ces migrants a été retenu au titre de la demande d’asile.

"Douze autres ne le seront pas" et "seront reconduits au Sri Lanka", a déclaré le ministre de l’Intérieur.

Contactée par l’AFP, la préfecture de Mayotte précise que les autres demandeurs d’asile sri-lankais ont été relâchés et sont dans l’attente d’une décision de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).

Le 27 mai, 18 migrants avaient été interpellés par les forces de l’ordre sur une plage du sud de Mayotte. Une arrivée inédite pour le 101e département français qui subit déjà une forte pression migratoire des îles voisines des Comores, dont la plus proche, Anjouan, est à 70km de ses côtes.

Si l'arrivée de Sri-Lankais à Mayotte est inédite, ce n’est pas le cas sur l'île de La Réunion, à 1 500 km de là. Depuis mars 2018, 273 personnes en provenance du Sri-Lanka sont ainsi arrivées sur ce département voisin de l'océan Indien.


 

Et aussi