L'opération Sophia en mer Méditerranée. Crédit : DW
L'opération Sophia en mer Méditerranée. Crédit : DW

L’ONU a voté à l’unanimité lundi 10 juin une résolution autorisant l’opération européenne Sophia à agir au large de la Libye pour un an supplémentaire. Lancée en 2015, cette opération navale doit permettre de lutter contre les réseaux de passeurs et de faire appliquer l’embargo sur les armes en contrôlant les bateaux. Problème : l’opération Sophia, sous pression du gouvernement populiste italien, a été privée de ses bateaux et ne peut plus appliquer son mandat.

Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

C’est une première pour le Conseil de sécurité de l’ONU qui s’est retrouvé à voter pour un an supplémentaire le renouvellement d’une opération navale européenne au large des côtes libyennes, désormais privée de ses bateaux au profit d’un déploiement aérien.

Outre le caractère ubuesque de la situation, ce vote marque l’impuissance de la communauté internationale à peser sur le conflit libyen.

Lancée en 2015 à l'origine pour lutter contre les réseaux de passeurs, le mandat de l'opération militaire européenne Sophia avait été prolongé fin mars par l'Union européenne de six mois jusqu'au 30 septembre 2019. Mais L’Italie, qui commande Sophia, a demandé une "suspension temporaire du déploiement des moyens navals de l'opération" en raison de son refus de laisser débarquer dans ses ports les migrants recueillis en mer.

Selon la France, même sans navires, "l'opération Sophia garde un rôle important pour la stabilisation de la Libye". "Son caractère dissuasif limite les violations de l'embargo sur les armes en Libye et réduit les flux d'armes qui continuent de transiter par la voie maritime", a affirmé l'ambassadrice française adjointe, Anne Gueguen.

L’ONU appelle les États membres à déployer des bateaux pour faire respecter cet embargo. L'afflux d’armes pourrait rapidement transformer l'actuel conflit en guerre civile, a déploré l’envoyé spécial de l’ONU en Libye Ghassan Salamé.

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi