Arrivée d'un bateau de migrants à Lesbos en août 2015. Crédit : capture d'écran France 24 (Archive)
Arrivée d'un bateau de migrants à Lesbos en août 2015. Crédit : capture d'écran France 24 (Archive)

Sept migrants dont quatre femmes, deux jeunes filles et un homme sont décédés après le naufrage de leur embarcation au large de l'île grecque de Lesbos. Les garde-côtes grecs et ceux de Frontex ont pu secourir 57 personnes et continuent de rechercher d'éventuels survivants.

Les garde-côtes grecs ont poursuivi leurs recherches dans la matinée du mardi 11 juin dans l’espoir de retrouver des survivants après le naufrage d’une embarcation transportant des migrants au large de l’île grecque de Lesbos.

Au moins sept personnes, dont un homme, quatre femmes et deux jeunes filles sont décédées, ont indiqué les garde-côtes. Assistés par une patrouille de l'agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes Frontex, les garde-côtes grecs ont pu secourir 57 personnes.

Aucune information n’a été donnée quant à la nationalité des disparus et des survivants. La plupart des migrants qui empruntent habituellement ce trajet sont des Syriens, des Afghans et des Iraniens. Des migrants africains (Congolais et Camerounais) arrivent également à Lesbos par la mer Égée.  

>> À lire sur InfoMigrants : Reportage : à Moria, l'attente interminable des migrants africains

39 migrants noyés depuis début 2019

"Cette tragédie nous rappelle douloureusement que des personnes continuent de prendre des risques pour atteindre les îles grecques par la mer (...) Nous devons redoubler d'efforts pour s'assurer que des voies sûres et légales existent pour atteindre l'Europe, afin qu'elles ne risquent plus leur vie entre les mains d'impitoyables trafiquants et de passeurs", a réagi Philippe Leclerc, représentant du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Grèce. 

Quelque 10 700 réfugiés et migrants ont rejoint la Grèce depuis le début de l'année, 39 ont péri durant le voyage en mer Méditerranée.

Le nombre d’arrivées par bateau vers la Grèce a considérablement diminué depuis la signature d’un accord entre l’Union européenne et la Turquie en 2016. Frontex a recensé 40 000 arrivées par an pour 2017 et 2018, contre 875 000 en 2015.

 

Et aussi