Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été évacué après 15 jours passés sur le Sea Watch. Crédit  : Reuters
Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été évacué après 15 jours passés sur le Sea Watch. Crédit : Reuters

Deux jeunes, dont un souffrant de "fortes douleurs", ont été évacués du Sea Watch 3 dans la nuit de jeudi à vendredi. Le navire humanitaire est toujours bloqué au large de l’île de Lampedusa en Italie. Des négociations sont en cours pour répartir les 40 rescapés restants dans plusieurs pays européens.

Nouvelle évacuation à bord du Sea Watch : un migrant d'une vingtaine d'années souffrant de "fortes douleurs" a été évacué dans la nuit du 27 au 28 juin vers l’île italienne de Lampedusa, a annoncé l’équipage. Le jeune homme est accompagné de son petit frère qui voyageait avec lui. Ce qui porte le nombre restant de migrants secourus à bord du Sea Watch 3 à 40.

Ces derniers sont bloqués depuis 16 jours, juste en face des côtes de Lampedusa, étant toujours sous le coup d’une interdiction d’accoster brandie par le ministre de l’Intérieur italien et chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini.

Mercredi, la capitaine du navire de l'ONG allemande battant pavillon néerlandais, Carola Rackete, avait forcé le blocus des eaux territoriales italiennes imposé par Matteo Salvini. La police a toutefois obligé le navire à s'arrêter à un mille nautique du port, le ministre refusant que les migrants débarquent tant qu’un accord n’a pas été trouvé avec d’autres pays européens. Il demande notamment que les rescapés soient immédiatement transférés aux Pays-Bas, en Allemagne ou dans d'autres pays européens.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Salvini, furieux contre la capitaine du Sea Watch qualifiée "d'emmerdeuse"

240 000 de dons en 48 heures pour Sea Watch

Jeudi, la Commission européenne a annoncé que plusieurs pays s'étaient dit prêts à participer à une telle répartition mais qu'il fallait d'abord que les migrants débarquent. Cinq députés de gauche ont passé la nuit sur le pont en signe de solidarité. "Nous resterons à bord jusqu'à ce que tous les migrants soient à terre", a annoncé Graziano Delrio, qui a été le ministre de tutelle des garde-côtes italiens de 2015 à 2018.

Le petit frre du migrant vacu a pu laccompagner Crdit   ReutersMatteo Salvini réclame, pour sa part, l'arrestation de l'équipage pour aide à l'immigration clandestine et le placement sous séquestre du navire. En face, la solidarité s’organise : une cagnotte lancée sur Facebook par un militant italien pour payer les frais de justice de Sea-Watch a récolté plus de 240 000 euros en moins de deux jours. Devant "un afflux inédit de dons", le site internet de l’ONG a même sauté, mercredi en fin de journée.

Malgré la fermeté affichée par Matteo Salvini, les arrivées de migrants continuent, même si elles sont sans commune mesure avec les flux de 2014-2017 : selon les statistiques du ministère italien de l'Intérieur, près de 500 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes, dont la moitié à Lampedusa, pendant les 16 jours où les migrants sont restés bloqués sur le Sea-Watch.


 

Et aussi