Les 54 migrants secourus sont entassés à bord du Alex, un petit voilier loué par l'ONG italienne Mediterranea. Crédit : Mediterranea
Les 54 migrants secourus sont entassés à bord du Alex, un petit voilier loué par l'ONG italienne Mediterranea. Crédit : Mediterranea

Devant le refus catégorique de l’Italie d'accepter le débarquement de 54 migrants sauvés jeudi par l’ONG Mediterranea, Malte a décidé d'accueillir les rescapés. La Valette enverra, en échange, 54 autres migrants - déjà présents sur le sol maltais - vers l’Italie.

"Nous sommes heureux d'avoir arraché 54 vies humaines à l'enfer libyen" : le collectif de gauche Mediterranea a secouru plus d’une cinquantaine de migrants jeudi 4 juillet au large des côtes tunisiennes, avec son petit bateau Alex. Partis de Libye à bord d'un canot pneumatique, les rescapés avaient appelé le numéro d'urgence d'Alarm Phone, qui a alors transmis leur position à l'Alex. 

Conformément à la procédure habituelle, l’équipage de l’Alex a informé les garde-côtes italiens et demandé à débarquer les migrants sur l’île de Lampedusa en Italie, mais ces derniers ont rétorqué qu'une vedette libyenne allait les secourir. Les ONG de sauvetage en Méditerranée refusent de renvoyer les migrants en Libye qu’elles ne considèrent pas comme un port sûr - d'autant plus que la capitale à été victime d'une double frappe aérienne qui a touché un centre de détention pour migrants le 2 juillet.

Arrivé en premier près du bateau en détresse, c’est donc l’Alex qui a pris en charge les migrants. “Parmi eux se trouvent 11 femmes (dont trois enceintes) et quatre enfants. La vedette libyenne est arrivée tard, elle nous a d'abord ordonné de nous arrêter puis elle s'est éloignée", raconte Mediterranea. Un autre navire humanitaire, l'Open Arms (de l'ONG éponyme) a escorté le voilier avant de faire monter à bord un médecin pour s'occuper des cas les plus urgents et notamment d'une femme enceinte.

“Le bateau fait moins de 20 mètres, en comptant les rescapés et l’équipage nous avons 65 personnes à bord d’un voilier qui est fait pour une dizaine de personnes”, explique à InfoMigrants un porte-parole de Mediterranea. “L’ennemi numéro 1, c’est le soleil, il y a très peu d’ombre et c’est extrêmement difficile de tenir, notamment pour les femmes enceintes.”

Peu après l’annonce du sauvetage, Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, a interdit à l'Alex de pénétrer dans les eaux italiennes, en vertu d'un décret-loi entré en vigueur début juin pour lutter contre les ONG de secours en mer qu'il considère comme complices des passeurs.

"Promouvoir un esprit européen de coopération et de bonne volonté entre Malte et l'Italie"

En parallèle, le gouvernement maltais a proposé d’accueillir les migrants mais l'ONG Mediterranea a décliné l’offre, n’étant pas en mesure de parcourir les 100 milles nautiques le séparant de Malte avec un si petit voilier.

Dans un communiqué de presse diffusé vendredi, le gouvernement maltais a annoncé qu’il envoyait une navire militaire pour récupérer les rescapés de l'Alex. Bien que “Malte n'ait aucune responsabilité légale”, cette démarche “s'inscrit dans une initiative qui promeut un esprit européen de coopération et de bonne volonté entre Malte et l'Italie”, indique le gouvernement. En échange de cet effort, La Valette a convenu avec Rome que 55 autres migrants - déjà présents sur le sol maltais - seraient envoyés en Italie.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Au moins 80 morts dans le naufrage d’un bateau au large des côtes tunisiennes

À la mi-journée, Mediterranea n'avait en revanche reçu aucune confirmation de l'arrivée d'un navire maltais. "Nous ne sommes pas au courant, aucun bateau en vue de notre côté", a indiqué le porte-parole de l'ONG à InfoMigrants.

Un soixantaine de migrants secourus dans un second sauvetage

Malgré l’intransigeance affichée de Matteo Salvini, 69 migrants ont toutefois débarqué ces dernières 24 heures à Lampedusa, ont rapporté les médias italiens : 55 jeudi après avoir été secourus par des vedettes des garde-côtes italiens et 14 autres, parmi lesquels deux femmes et quatre enfants, arrivés directement en barque vers minuit dans le petit port.

Par ailleurs, le Aylan Kurdi, navire de l’ONG allemande Sea-Eye, a secouru vendredi 5 juillet 65 migrants au large de la Libye, et attend désormais une réponse pour leur prise en charge de Malte, Rome et Tripoli. “Les gens à bord ont une chance incroyable d'avoir été repérés aux jumelles au petit matin. Sans téléphone avec guidage par satellite et sans connaissances nautiques, ces jeunes gens auraient sans doute disparu", a jugé Gorden Isler, un responsable du "Aylan Kurdi", dans un communiqué.

Le Aylan Kurdi avait déjà passé 10 jours en mer en avril avec 64 migrants à bord, en attendant d'obtenir l'autorisation d'aller à Malte pour débarquer ses passagers qui ont été répartis dans plusieurs pays européens.

 

Et aussi