Image d'archives de migrants secourus par la marine tunisienne, à Bizerte le 12 octobre 2017. Crédit : Reuters
Image d'archives de migrants secourus par la marine tunisienne, à Bizerte le 12 octobre 2017. Crédit : Reuters

La Garde nationale tunisienne a secouru en début de semaine 90 migrants au large de Sfax, dans l’est de la Tunisie. Le même jour, 71 personnes ont également été récupérées en mer par les autorités tunisiennes au large des îles Kerkennah, dans le centre-est du pays.

Les opérations de sauvetage se succèdent ces derniers jours au large des côtes tunisiennes. Mercredi 10 juillet, la Garde nationale tunisienne a indiqué avoir secouru deux jours plus tôt 90 migrants qui avaient quitté la Tunisie pour l’Italie.

>> À lire sur InfoMigrants : Naufrage de migrants au large de la Tunisie : "On a même des sacs mortuaires pour les bébés"

Les migrants, dont une vingtaine de femmes et trois bébés, venaient tous de pays d’Afrique subsaharienne, a précisé à l’AFP Houssemeddine Jebabli, porte-parole de la Garde nationale.

Ils ont été récupérés dans les eaux tunisiennes au large de Sfax, dans l’est du pays, et rapatriés dans cette ville.

Quatre Tunisiens, soupçonnés d’avoir organisé le départ des migrants vers l’Europe, ont été arrêtés, a ajouté Houssemeddine Jebabli.

Une autre embarcation, en provenance de Libye cette fois, avait été secourue le même jour par la Garde nationale au large des îles Kerkennah, dans le centre-est de la Tunisie.

Débarqués également à Sfax, grande ville voisine, ces 71 migrants, dont 37 Bangladais, ont depuis été transférés dans un centre d’accueil à Tunis.

>> À lire sur InfoMigrants : Combats à Tripoli : la Tunisie s’inquiète d’un afflux de migrants venus de Libye

Les autorités locales de Médenine, dans le sud du pays, où se trouve un centre d’accueil qui était jusqu’à l’an dernier le seul pour les étrangers arrivés illégalement en Tunisie, ne veulent plus les prendre en charge. Le centre est, selon elles, saturé. Elles ont appelé les autres régions tunisiennes à se mobiliser.

Mardi soir, trois nouveaux corps ont été repêchés à Djerba et Zarzis, dans le sud de la Tunisie, probablement de nouvelles victimes du naufrage la semaine dernière d’un canot parti de Libye avec plus de 80 personnes à bord, a indiqué à l’AFP le responsable du Croissant-rouge dans cette zone, Mongi Slim.

Ces dernières semaines, des dizaines de candidats à l’exil tentant de rallier l’Italie depuis l’ouest de la Libye, ont été secourus au large de la Tunisie, et des dizaines d’autres se sont noyés.

 

Et aussi