Capture d'écran Afpa
Capture d'écran Afpa

Des cours de français conçus par un organisme de formation professionnelle vont être dispensés sur Internet pour rendre aux réfugiés leur autonomie. Ils s’accompagnent de modules sur les valeurs républicaines.

"Ne plus bricoler pour apprendre le français". C'est un peu le credo de l'Afpa, premier organisme de formation professionnelle pour adultes, qui a lancé cette semaine un cours en ligne d'apprentissage de la langue française et des "valeurs républicaines" destiné aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile.

Ce programme "Français langue étrangère" (FLE) [appelé "Mooc" (Massive open online course)], gratuit, partiellement traduit en anglais, en arabe, en pachto et en dari, est destiné à "faciliter l'insertion sociale" des 1 345 migrants accueillis dans les centres de l'Afpa depuis l'automne 2015. Il sera aussi proposé aux associations et organismes qui soutiennent et accompagnent ces personnes, a détaillé l'établissement public dans un communiqué.



"C’est une première. Jamais un outil comme celui-ci n’a existé", explique Pascale Gérard, directrice insertion sociale et partenariats à l’Afpa, contactée par InfoMigrants. Le Mooc comprend 30 heures de cours organisées sur six semaines, pour un niveau débutant s'adressant à ces "primo-arrivants". Le but n’est pas d’être bilingue, mais de connaître les rudiments de la langue : être capable de se présenter, de se déplacer, de remplir un formulaire…

Sur internet, on trouve de nombreux exercices pour apprendre le français mais aucun ne propose un véritable "programme" de cours, progressif et applicable sur plusieurs mois. "Nous nous sommes dits qu’il y avait un ‘trou dans la raquette’, que ces personnes [réfugiés, migrants….] ne pouvaient pas bricoler pour apprendre le français", ajoute Pascale Gérard. L'Afpa a donc élaboré un programme spécifique avec des "ingénieurs pédagogiques", des spécialistes de FLE (français langue étrangère). "Il a fallu trois mois pour le réaliser", précise Pascale Gérard.

© InfoMigrants

Grâce à cet enseignement, les réfugiés pourront "franchir un premier palier essentiel vers l'autonomie et à terme, accéder à l'emploi". Le Mooc sera également utile pour les entreprises employant des salariés maîtrisant faiblement le français, notamment celles du bâtiment, précise l'agence sur son site.

L’Afpa explique qu'elle a voulu se positionner sur le terrain numérique après avoir constaté que la grande majorité des réfugiés passaient un temps considérable à pianoter sur leur smartphone. "L’idée était d’avoir un outil d’auto-formation qui permet d’aller à son rythme, de refaire 15 fois le même exercice si l’on a envie", explique Pascale Gérard.

Il ne remplace pas les cours classiques avec un système de classes, comme dans les centres d’hébergements d’urgence, les centres d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada) ou les centres d'accueil et d'orientation (CAO). Mais il le complète. "Nous avons voulu que les cours soient ludiques, il y a même un sketch de Gad Elmaleh dans le programme. Nous avons voulu créer un cours qui retienne leur attention."



Particularité : ce Mooc propose des exercices de "valeurs républicaines" pour comprendre les "principes fondamentaux" du pays d’accueil. "Il y a une vidéo qui revient sur les rapports entre les hommes et les femmes, par exemple", souligne Pascale Gérard. Pour l’heure, ces modules sont indisponibles, ils seront mis en ligne au mois de mars. Au bout de six semaines de cours, les participants reçoivent une sorte de certificat, une "attestation de suivi avec succès", un précieux sésame pour mettre un pied dans le monde du travail.

 

Et aussi