Ludovic Marin, AFP | Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse, le 22 juillet, à l'Élysée.
Ludovic Marin, AFP | Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse, le 22 juillet, à l'Élysée.

Quatorze membres de l'Union européenne se sont entendus, lundi, à Paris, sur un "mécanisme de solidarité" visant à répartir l'immigration en Europe. La France espère parvenir à le concrétiser d'ici la fin de l'été.

Quatorze États membres de l'Union européenne ont donné, lundi 22 juillet à Paris, leur accord de principe à un "mécanisme de solidarité" de répartition des migrants, porté par Paris et Berlin, a déclaré Emmanuel Macron.

"Nous devons renforcer l'efficacité de notre solidarité entre Européens", a déclaré le chef de l'État français à la presse à l'Élysée, après un entretien avec Filippo Grandi, Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés, et António Manuel de Carvalho Ferreira Vitorini, directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Quatre jours après une première réunion à Helsinki, les ministres européens de l'Intérieur et des Affaires étrangères se sont retrouvés à Paris pour évoquer la question des migrations, source régulière de crispation entre pays du bloc, notamment avec l'Italie, qui se plaint d'avoir à gérer seule l'afflux sur ses côtes. Signe des tensions encore vives, le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, n'a pas fait le déplacement en France et avait en amont mis en garde, dans une lettre adressée à son homologue français Christophe Castaner, contre des décisions "prises seulement à Paris et Berlin".

Un accord avec 10 États d'ici septembre ?

"Parmi ces 14, huit États membres ont de manière active acté de leur coopération et donc de leur participation", a-t-il précisé à la presse à l'Élysée. Selon l'entourage du chef de l'État français, ce "club de volontaires" comprend à ce stade la France, l'Allemagne, la Finlande, le Luxembourg, le Portugal, la Lituanie, la Croatie et l'Irlande. Le nom des six autres pays "intéressés" par ce mécanisme de répartition "systématique, rapide et digne" des migrants secourus par des navires d'ONG en Méditerranée, n'a pas été dévoilé mais les négociations se poursuivent, a-t-on ajouté de même source.

Les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) qui s’étaient déjà opposés en 2015 au principe des quotas de répartition des demandeurs d’asile devraient, selon toute vraisemblance, refuser de s’associer au dispositif.

La France s’est dite "confiante", lundi, sur la possibilité d’arriver à un accord rassemblant une dizaine de pays d’ici à la prochaine réunion prévue en septembre.

Une situation "extrêmement préoccupante"

Emmanuel Macron a par ailleurs réitéré lundi "la demande expresse et insistante" de la France à la Libye pour qu'elle mette "fin à l'enfermement" des migrants piégés dans ce pays. La situation en Libye est "extrêmement préoccupante", a déclaré le chef de l'État.

Il a également déploré des "bombardements" de camps de réfugiés et des attaques, "ce matin même", contre un centre du HCR en Libye. Ces derniers mois, des ONG ont dénoncé les conditions de détention des migrants, conséquence selon elles de la politique migratoire des pays européens conclue avec les Libyens.

Avec Reuters et AFP

Texte initialement publié sur : France 24

 

Et aussi