Du cinéma pour les réfugiés, grâce aux Clubs RFI et aux Écrans de la paix

Titanic, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? ou Cyrano de Bergerac… Quatre fois par semaine, le noir se fait dans une salle du camp de réfugiés de Nyarugusu, dans l’ouest de la Tanzanie. C’est le début d’une séance de cinéma gratuite organisée par les Clubs RFI, qui regroupent des auditeurs passionnés de la « radio du monde », et l’association Les Écrans de la paix, fondée au Kurdistan irakien en 2015.

« Le cinéma, c’est pour rêver et pour réfléchir aussi », lance Hugues Dewavrin, président-fondateur des Écrans de la paix, avant le début de la séance de Titanic. Dans le camp de Nyarugusu, ouvert en 1996 dans l’ouest de la Tanzanie, les projections permettent de briser la monotonie du quotidien des réfugiés burundais et congolais. Les séances permettent aussi de réviser son français. « Ces films me font découvrir le monde et je corrige ma prononciation », témoigne ainsi Thomas, un des habitants du camp.

Six Clubs RFI dans des camps de réfugiés

Divertissement et apprentissage : deux objectifs qui collent parfaitement aux missions des Clubs RFI. Ces associations qui regroupent des passionnés de la « radio du monde » ont vu le jour il y a 25 ans. En 2014, elles ont ajouté un volet « humanitaire » à leurs actions. Le premier Club RFI d’un camp de réfugiés a été créé en RDC, dans la province de l’Équateur, en partenariat avec le HCR, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

Aujourd’hui, six clubs sont implantés dans des camps, au Cameroun, en Tanzanie et en RDC. On y trouve une bibliothèque, une ludothèque, un programme d’apprentissage du français (avec RFI Savoirs) et, à Nyarugusu, du cinéma. Les séances rencontrent un tel succès que le Club RFI et Les Écrans de la paix envisagent d’acheter un lopin de terre dans le camp pour y construire une nouvelle salle, mieux adaptée à la projection des films.


Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi

Webpack App