Au premier semestre 2019, près de 10 500 migrants sont arrivés en Espagne par voie maritime, selon l'OIM. Crédit : Reuters
Au premier semestre 2019, près de 10 500 migrants sont arrivés en Espagne par voie maritime, selon l'OIM. Crédit : Reuters

La Marine royale marocaine est venue au secours de 424 migrants, dont 53 femmes et seize mineurs, dans la nuit du dimanche 4 août au lundi 5 août. Pris en charge par les garde-côtes et ramenés au Maroc, ces migrants naviguaient en mer Méditerranée sur plusieurs embarcations de fortune pour tenter d'atteindre l'Espagne.

Partis des côtes marocaines pour rejoindre l’Espagne, 424 migrants ont été secourus par la Marine royale marocaine, dans la nuit du dimanche 4 août au lundi 5 août.

Ces migrants, dont la plupart étaient originaires du sud du Sahara, naviguaient sur plusieurs embarcations de fortune en direction de l'Espagne. Sur ces bateaux, les autorités marocaines ont constaté la présence de 53 femmes et de seize mineurs.

Certains migrants, “dans un état de santé dégradé”, selon une source militaire, ont reçu les premiers soins de secours à bord des bateaux de la Marine marocaine. Après l’opération de sauvetage, les migrants ont été répartis dans différents ports situés au nord du Maroc.

De moins en moins d'arrivées de migrants par la Méditerranée

D’après l’Organisation mondiale des migrations (OIM), les arrivées de migrants en Espagne par la Méditerranée sont en baisse de 30 % par rapport à l’année dernière. L’organisme recense 10 475 arrivées en Espagne par voie maritime au premier semestre 2019 alors que sur la même période, en 2018, l'OIM en dénombrait 15 075.

Constatant ce déclin, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a exprimé fin juillet sa satisfaction envers la politique migratoire marocaine, au point de féliciter le pays pour son “rôle de leader international en matière d’immigration”. Il a, par la même occasion, salué les “efforts des autorités marocaines” et espagnoles pour obtenir des aides européennes dédiées à l’interception des migrants en Méditerranée.

L’année dernière, les autorités marocaines ont, en effet, empêché quelque 89 000 "tentatives d'immigration irrégulière" dont 29 000 en mer, selon les chiffres officiels. La majorité d’entre elles étaient dirigées vers l’Espagne.

Pour contenir ces flux migratoires clandestins et aider à démanteler les réseaux de passeurs, l’Union européenne a alloué l’an dernier 140 millions d’euros au Maroc.

Cette politique migratoire conjointe ne satisfait pas pour autant les associations qui dénoncent régulièrement des campagnes d’arrestations et de déplacements forcés de migrants vers le sud du Maroc, visant à les éloigner des côtes. Ces associations s’inquiètent aussi des conditions de vie de ces personnes, qui vivent dans des campements précaires.

Alors que la monarchie marocaine met tout en oeuvre pour contrer les tentatives de départ des migrants en Méditerranée depuis ses côtes, des jeunes Marocains tentent, depuis l’an dernier, de rejoindre l’Europe à bord d’embarcations pneumatiques.

>> À relire : Mort d’un migrant guinéen au Maroc : "Ce n’est pas étonnant vu leurs conditions de vie"

 

Et aussi