L'Ocean Viking a quitté le port de Marseille le 4 août pour les eaux internationales. Crédit : Anthony Jean/SOS MEDITERRANEE
L'Ocean Viking a quitté le port de Marseille le 4 août pour les eaux internationales. Crédit : Anthony Jean/SOS MEDITERRANEE

L’Ocean Viking est arrivé jeudi 8 août dans la zone de secours au large des côtes libyennes. Quelques heures auparavant, Malte lui a refusé l’entrée dans ses eaux territoriales. Le navire humanitaire voulait s’y ravitailler en carburant.

L’Ocean Viking a respecté l’interdiction que Malte lui a lancé de pénétrer l’entrée dans ses eaux territoriales pour qu’il s’y ravitaille en carburant. Le pays n'a en effet pas autorisé le navire humanitaire à s'approcher de ses côtes alors que la pratique "est courante", écrit SOS Méditerranée sur Twitter. C'est la première fois que Malte agit de la sorte. 

Le navire humanitaire de SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières poursuivait donc sa route jeudi 8 août vers la zone de recherches et de secours (SAR, Research and rescue), au large des côtes libyennes.

Le bâtiment de 69 mètres battant pavillon norvégien avait quitté Marseille dimanche soir. Il est arrivé dans la zone de secours (SAR zone) jeudi 8 août.

Tenir 10 à 12 jours

"Nous avons de l'eau, du carburant, des gens attendent d'être secourus, on continue", a décidé le coordinateur des opérations de secours Nicholas Romaniuk. Selon lui, le carburant à bord de l'Ocean Viking lui permettra de conduire des opérations de secours pendant 10 à 12 jours, moins qu'espéré.

L'Ocean Viking est présent dans la zone de détresse en raison, notamment, de la multiplication des départs d’embarcations de Libye ces dernières semaines.

>> À lire :  Naufrage au large de la Libye : entre 110 et 150 migrants disparus, des dizaines d’autres renvoyés en détention

Depuis dix mois, les marins sauveteurs de SOS Méditerranée ont multiplié les briefings et les entraînements à bord pour être prêts à faire face à tous les scénarios face aux embarcations.

Chaque sauvetage est organisé de manière quasi-militaire pour ne pas provoquer de mouvement de panique lors des sauvetages en mer.

En moins de trois ans, SOS Méditerranée et MSF ont sauvé quelque 30 000 vies à bord de l'Aquarius, leur précédent navire, aujourd'hui à l'arrêt.

 

Et aussi