A bord de l'Open Arms.  | Photo: Picture-alliance/AP Photo/O.Calvo
A bord de l'Open Arms. | Photo: Picture-alliance/AP Photo/O.Calvo

Dans la nuit de vendredi à samedi, le navire espagnol Open Arms a porté secours à 39 personnes en détresse en Méditerranée. Malte accepte d’accueillir ces rescapés mais pas les 121 autres, secourus lors d'un précédent sauvetage il y a neuf jours. L'ONG espagnole refuse cette proposition et insiste pour que La Valette accepte la totalité des naufragés.

Le gouvernement maltais a annoncé samedi 10 août qu'il acceptait d'ouvrir son port de La Valette pour les 39 migrants secourus dans la nuit de vendredi 9 août à samedi 10 août par le navire humanitaire Open Arms, de l'ONG espagnole Proactiva. Il a toutefois refusé de laisser désembarquer les 121 autres migrants à bord, secourus lors d'un précédent sauvetage.

Malte justifie sa décision en expliquant que les 39 migrants secourus "ont été récupérés dans la zone de secours de compétence de Malte et coordonnée par le Centre de secours RCC".

L'Open Arms, furieux, a refusé la main tendue de La Valette, et insisté pour que le pays accueille la totalité des migrants à bord. "On ne peut pas évacuer 39 personnes et dire aux 121 autres qu'elles ne peuvent pas débarquer, ce n'est ni juste ni logique", s'est indigné le fondateur de l'ONG, Oscar Camps.

Selon lui, la décision de Malte "a provoqué un sérieux problème de sécurité à bord. Le niveau d'anxiété de ces personnes est insoutenable".

L'acteur américain Richard Gere, à bord du navire humanitaire, s'est montré solidaire avec l'équipage. "La plupart des gens en parlent comme de migrants mais pour moi ce sont des réfugiés en fuite", a déclaré la star lors d'une conférence de presse à Lampedusa aux côtés de dirigeants de l'ONG Proactiva. "Ce sont 121 histoires différentes, ce sont des gens extraordinaires, ils sont si forts, ils ont vécu des horreurs, un enfer, la torture, les viols, l'emprisonnement", a ajouté l'acteur, en disant n'"en avoir rien à faire de la politique" et "vouloir seulement aider des gens en détresse".Depuis maintenant 9 jours, l'Open Arms erre en Méditerranée en attendant un port d'accueil.

L’Italie a refusé par la voix de son ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, l’entrée du navire dans les eaux territoriales italiennes et menacé dans le cas contraire de saisir le bateau.

Face au refus de l’Italie et de Malte, Oscar Camps, a appelé la France, l’Espagne et l’Allemagne à trouver une solution pour le débarquement des 121 naufragés. L’ONG souhaite ainsi un accord de répartition entre différents États européens et espère que son navire, qui bat pavillon espagnol, trouvera un soutien du côté de l'Espagne, surtout.

 

Et aussi