L'Ocean Viking de SOS Méditerranée et MSF a pris la mer le 18 juillet 2019. Crédit : Anthony Jean / SOS Méditerranée
L'Ocean Viking de SOS Méditerranée et MSF a pris la mer le 18 juillet 2019. Crédit : Anthony Jean / SOS Méditerranée

Après un premier sauvetage de 85 personnes vendredi, un deuxième sauvetage de 85 personnes samedi matin, le navire humanitaire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières a secouru ce dimanche 81 migrants au large de la Libye. L'Ocean Viking compte désormais à son bord 251 migrants.

Plus de 250 personnes secourues en moins de 72 heures. L'Ocean Viking, le navire humanitaire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), a porté assistance à trois embarcations de migrants en détresse, au large de la Libye, depuis vendredi 9 août. La dernière a été repérée dimanche 11 août, en fin de matinée. Elle comptait 81 migrants à son bord.

Les deux dernières opérations de sauvetage, l'une menée vendredi et l'autre samedi matin, avait déjà permis de secourir 160 personnes. Avec ce troisième sauvetage, les migrants sont désormais au nombre de 250 à bord du navire humanitaire, dont 74 mineurs (et un bébé d'un an) et cinq femmes.
"Les conditions de sauvetage étaient assez difficiles [pour le deuxième sauvetage], il y avait jusqu'à 1m50 de houle", explique un sauveteur à bord. "Mais tout s'est bien passé, tout le monde est vivant et en bonne santé".

Les personnes secourues ont été nourries dans un premier temps "certaines d'entre elles montrant des signes de faiblesse évidents", puis chaque migrant a pu rencontrer un médecin pour faire un premier bilan de son état.

Depuis son départ de Marseille, dimanche 4 août, c'est la première fois que ce bateau de 69 mètres battant pavillon norvégien vient en aide à des migrants égarés en Méditerranée. L'opération de sauvetage était pourtant mal partie puisque Malte avait refusé, mercredi 7 août, que l'Ocean Viking, en route vers la SAR zone, entre dans les eaux maltaises pour se ravitailler en carburant.

Le bateau, qui peut accueillir au moins 300 personnes, a pris le relais de l’Aquarius qui, privé de pavillon, avait dû abandonner ses missions en décembre dernier.

La Méditerranée, dont la surface ne représente qu’1% des océans de la planète, est devenue la route maritime la plus meurtrière au monde. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 800 personnes y ont disparu depuis le début de l’année, dont 576 en Méditerranée centrale – sans compter les naufrages non répertoriés.

 

Et aussi