Des migrants à bord de l'Open Arms, le 13 août 2019. Crédit : Open Arms
Des migrants à bord de l'Open Arms, le 13 août 2019. Crédit : Open Arms

Le navire humanitaire battant pavillon espagnol a demandé, lundi 12 août, à l'Espagne d'accorder l'asile à 31 migrants mineurs qu'il a recueillis en mer. Cette demande s'inscrit dans un contexte difficile : les naufragés à bord "sont en état de souffrance", s'alarme l'ONG Proactiva Open Arms.

Alors qu’en Méditerranée, le navire humanitaire Open Arms navigue avec 151 personnes à bord, le capitaine du bateau, Marc Reig, a déposé, lundi 12 août, une demande d’asile à l’ambassade espagnole de Malte pour 31 de ses passagers, selon un courrier officiel consulté par l'AFP. Ces 31 migrants sont mineurs et ils viennent d'Afrique. Ils ont été secourus début août par l’Open Arms, navire de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms.

Dans cette lettre, le capitaine “demande à l'ambassade d'Espagne à Malte [...] de transmettre au gouvernement espagnol cette demande d'asile des mineurs [...]" afin qu'elle soit traitée "en urgence".

Marc Reig souligne aussi que "tous les mineurs cités [dans la lettre] remplissent les conditions pour être reconnus comme réfugiés". Il signale qu'il a déjà tenu informé le tribunal des mineurs de Palerme de cette situation “sans obtenir de réponse”. Selon lui, l'Italie et Malte "ont expressément refusé l'entrée du bateau".

L’Open Arms, qui compte plus de 150 naufragés à son bord a récemment refusé l'offre de Malte - qui ne voulait en accepter que 39, ceux secourus dans ses eaux territoriales, le 10 août.

>> Lire aussi : Malte accepte seulement 39 migrants sur les 160 rescapés de l'Open Arms

Neuf migrants ont déjà été évacués du navire, pour des raisons de santé. Ils ont été transportés par hélicoptère jusqu’à Malte et Lampedusa.

Des conditions de voyage difficiles

À bord, l'inquiétude se fait toutefois sentir depuis que l’équipage a appris que “des creux de 2,2 mètres” étaient “prévus pour mercredi [14 août] après-midi”, comme l'affirme, dans un tweet, Oscar Camps, fondateur de l’ONG. Si le danger n’est pas absolu, cette série de vagues nuira probablement au confort en mer sur ce bateau mesurant 37 mètres.

“Ils n’ont pas de place, il fait très chaud, nous avons seulement deux toilettes. La situation est très compliquée”, décrit Laura Lanuza, responsable de la communication de l’Open Arms, joint par InfoMigrants. Selon elle, "tous ces passagers sont dans un état de souffrance" : "Nous avons des médecins à bord, des psychologues car les migrants ont subi de la torture et des abus. Leur équilibre psychologique est très fragile."

Malgré ces circonstances, l'ONG peut toutefois compter sur des renforts. Dans un tweet, l’Open Arms a annoncé, lundi 12 août, que l’Astral, un voilier de Proactiva Open Arms, était en route pour le rejoindre en mer, “après trois jours de traversée”. Il a atteint l'Open Arms en fin d'après-midi mardi afin d'apporter des vivres aux passagers.

Open Arms et l'ONU demandent le débarquement des migrants

Face à cette situation, Oscar Camps a interpellé Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol, pour lui demander de l’aide. “Nous demandons au gouvernement et au président Pedro Sanchez, d’arrêter de se plaindre publiquement et de prendre une position claire face aux pays qui ne respectent pas les lois et les accords internationaux”, a-t-il tweeté, mardi 13 août. Dans cette série de tweets, il a ajouté que Pedro Sanchez doit “mener l’opposition face à ceux qui détruisent les droits fondamentaux de l’UE.”

L’Italie et Malte ayant refusé d’accueillir ces migrants, Oscar Camps a aussi signalé qu’il n’était pas possible d’accoster dans un port espagnol, compte tenu de la situation à bord. “Cela supposerait de voyager cinq jours de plus avec 151 personnes à bord”, explique-t-il.

Pour Laura Lanuza, il devient urgent de régler cette situation de blocage en mer qui "ne permet pas de se protéger des vagues”. 

De son côté, le Haut-commissariat des réfugiés de l’ONU (HCR) a appelé les gouvernements européens, dans un communiqué publié le 13 août, à “autoriser le débarquement des 507 personnes récemment secourues dans la mer Méditerranée [par l'Open Arms et l'Ocean Viking] et bloquées en mer”.

En effet, en plus de ces 151 personnes à bord de l’Open Arms, l’Ocean Viking, navire humanitaire des ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, transporte 356 migrants récupérés ces derniers jours près de la Libye.

 

Et aussi