Alpha, demandeur d'asile guinéen de 24 ans, découvre le travail d'agriculteur auprès de Paul Martin (à gauche) lors d'un séjour de wwoofing dans la ferme du Puy Larcy à La Croisille-sur-Briance, en Haute-Vienne. Cette exploitation comprend une soixantaine de brebis, 80 vaches et autant de veaux. Crédit : Mehdi Chebil
Alpha, demandeur d'asile guinéen de 24 ans, découvre le travail d'agriculteur auprès de Paul Martin (à gauche) lors d'un séjour de wwoofing dans la ferme du Puy Larcy à La Croisille-sur-Briance, en Haute-Vienne. Cette exploitation comprend une soixantaine de brebis, 80 vaches et autant de veaux. Crédit : Mehdi Chebil

Depuis novembre 2018, le programme Wwoofing solidaire propose aux demandeurs d’asile et aux réfugiés des séjours dans des fermes françaises. En échange de quelques heures de travail par jour, les migrants, logés et nourris, découvrent le monde agricole au sein d’une famille. Alpha, un jeune Guinéen a accepté l’expérience, moins pour l’attrait de la campagne que pour échapper à l’oisiveté à laquelle sont condamnés de nombreux demandeurs d’asile interdits de travailler. InfoMigrants est allé à sa rencontre.

Après plusieurs kilomètres sur des routes de campagne, de plus en plus étroites, il ne faut pas manquer le dernier virage vers le lieu-dit Larcy. Le panneau qui l’indique est à demi-camouflé par des fougères.

Il faut ensuite suivre la route qui longe un pré dans lequel un troupeau de brebis paît tranquillement. La petite ferme du Puy Larcy est au bout, comme posée dans un écrin de verdure. Ici, à La Croisille-sur-Briance, en Haute-Vienne, vivent Paul Martin, éleveur de brebis et de vaches à viande, sa compagne Julie, leur petit garçon Alix et, depuis deux jours, Alpha, un demandeur d’asile de 24 ans.

Le jeune Guinéen a pris ses quartiers dans la caravane installée à deux pas du mobil-home où loge la petite famille, "en attendant de construire une maison", précise Paul. À côté de la caravane, le tronc d’un arbre coupé diffuse une agréable odeur de résine. Depuis l’auvent, devant sa caravane, où Alpha s’installe parfois pour lire, on ne voit que champs et vallons à perte de vue.

Alpha, demandeur d'asile guinéen de 24 ans, lit un journal devant la caravane dans laquelle il dort pendant son séjour de woofing dans la ferme du Puy Larcy chez Paul et Julie Martin à Croisille-sur-Briance. Le statut de demandeur d'asile interdisant de travailler, le principe du woofing - passer une semaine nourri et logé sur une ferme en échange de quelques heure de travail - leur permet d'échapper à l'ennui du quotidien. Crédit : Mehdi Chebil"Un cadre paisible et une expérience en famille"

Alpha est là pour une semaine. La famille et lui ont signé une convention de wwoofing (le World-Wide Opportunities on Organic Farms), un réseau mondial de fermes biologiques qui accueille des personnes souhaitant s’initier aux savoir-faire de l’agriculture biologique. Depuis novembre 2018, le programme Wwoofing solidarité, lancé par Wwoof France et l’association Jesuit Refugee Service (JRS) permet à des demandeurs d’asile et des réfugiés de réaliser des séjours dans ces fermes.

La signature d’une convention entre fermier et wwoofeur permet d’établir les dates d’hébergement, les règles à suivre et les principes du wwoofing : cinq heures de travail maximum par jour en échange du gîte et du couvert.

Pendant sept jours, Alpha va donc aider à déplacer les troupeaux de champ en champ, à distribuer les céréales ou à attraper un agneau, quand c’est nécessaire. Pour lui, tout cet environnement est nouveau, même s’il avait "vu des fermes françaises à la télévision". Bottes de caoutchouc aux pieds et seau de grains à la main, l’apprenti fermier n’hésite pas à s’approcher des vaches mais reconnaît qu’elles lui faisaient un petit peu peur quand il est arrivé. Il faut dire que les Limousines de Paul sont bien plus grosses que les N’Dama rousses du Fouta, une région du centre de la Guinée.

"Ici, les activités m’occupent l’esprit"

Alpha ne connaissait pas le wwoofing. Il a accepté de participer à cette expérience, complètement inédite pour lui, en attendant une réponse à son dossier d’asile. Débouté de sa demande une première fois, Alpha a déposé un recours auprès de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). La décision doit tomber le 27 septembre. Depuis un an, le jeune homme vit au Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) de La Souterraine, une ville à 30 kilomètres environ au nord de Limoges. Les conditions de vie n’y sont pas trop mauvaises mais les activités manquent terriblement pour les demandeurs d’asile qui n’ont pas le droit de travailler. Le wwoofing était donc bienvenu.

Quand son responsable au Cada lui a proposé de partir une semaine pour travailler dans une ferme, il n’a pas hésité. "Je m’ennuyais tout le temps. Il n’y avait rien à faire au Cada. Ici les activités m’occupent l’esprit", explique Alpha.

Alpha, demandeur d'asile guinéen de 24 ans, observe les vaches de l'exploitation de la ferme du Puy Larcy à Croisille-sur-Briance. Après quelques jours de séjour woofing, ce citadin originaire de Conakry s'est habitué aux vaches dont la taille est parfois imposante. Crédit : Mehdi ChebilPaul et sa compagne Julie, de leur côté, "espère[nt] lui apporter un cadre paisible et sans stress ainsi qu’une expérience en famille". "Grâce à lui, on se rend mieux compte de ce que c’est que d’être demandeur d’asile ou réfugié", assure Julie, 26 ans, son petit garçon sur le dos.

Depuis son arrivée à la ferme, Alpha assure vivre une "bonne" expérience mais confie dans le même temps ne pas être parfaitement à l’aise à la campagne. "Moi je viens de la ville alors ici je trouve qu’il n’y a pas assez de monde", explique-t-il.

Le jeune homme traîne avec lui ses angoisses et ses démons. Opposant politique, son père a été tué lors du massacre du 28 septembre 2009 à Conakry. Alpha, lui-même, a fait plusieurs séjours en prison pour avoir participé à des manifestations contre les résultats de l’élection présidentielle en 2010 et en 2013, à l’occasion des élections législatives.

À ces souffrances, ce sont ajoutées celles d’un exil parsemé de violences, d’une détention de près de six mois en Libye, de la traversée de la Méditerranée. C’est peu dire qu’Alpha est hanté par les souvenirs de ces traumatismes. Le jeune homme, aujourd’hui sous antidépresseurs, a même fait un séjour à l’hôpital psychiatrique en janvier.

"Le travail ne dépend que de moi"

À quelques kilomètres de là, un autre Alpha, lui aussi Guinéen originaire de Conakry, entame son troisième séjour de wwoofing, à la ferme dite de la Huerta. Le jeune homme de 21 ans avait déjà été accueilli dans la famille d’Olivier et Sylvia Coste, maraîchers et éleveurs de poules. Emballé par son expérience et, lui aussi, désœuvré en attendant la réponse de sa demande d’asile, il a souhaité revenir.

Depuis trois mois, Olivier et sa femme accueillent des wwoofeurs, pas toujours étrangers. En ce milieu du mois d’août, un jeune Français travaille avec le Guinéen sur l’exploitation.

L’endroit est magnifique. En face de la maison, au milieu de la végétation, une piscine a été installée dans laquelle flotte un grand matelas gonflable en forme de licorne. Les champs et serres où Olivier cultive ses légumes bio sont en contrebas du domaine. Le cadre plaît au jeune demandeur d'asile, qui loge dans un quartier bétonné de Limoges.

Depuis son arrivée, comme pendant son séjour précédent, Alpha, grand gaillard souriant, participe à la cueillette, au désherbage et à la préparation des sols. La famille et lui ont également signé une convention de wwoofing mais Alpha assure qu’il est complètement autonome. "Si je suis trop fatigué, je ne suis pas obligé de travailler. Certains jours, on travaille 2 heures, parfois 3 heures", précise-t-il.

Alpha, demandeur d'asile guinéen de 21 ans, fait la cueillette de tomates avec Olivier Coste, agriculteur maraicher bio à la ferme de la Huerta près de Limoges. C'est la deuxième fois qu'Alpha vient faire un séjour de woofing dans cette ferme après s'être particulièrement bien entendu avec Olivier Coste. Crédit : Mehdi ChebilCe mardi, il y a des tomates à ramasser sous l’une des grandes serres en face du champ de courges. Les légumes de la ferme de la Huerta sont destinés à être vendus au réseau de magasins bio Biocoop, à Cora et à un réseau Amap (Association pour le maintien de l'agriculture paysanne) pour des paniers de légumes.

"À Paris, il y avait trop de bruits"

Dans cette ferme, comme dans celle du Puy Larcy, le travail n’est pas le seul dénominateur commun. Il y a les activités familiales aussi. Olivier et sa femme Sylvia ont à cœur de faire découvrir la région à leurs wwoofeurs. Lors de son dernier séjour, ils avaient emmené Alpha à un festival des arts du feu où des forgerons et des verriers présentaient leur métier. Il y a quelques semaines, la famille avait accueilli Bashir, un jeune Afghan. "Il n’avait jamais été à l’école et ne parlait pas anglais donc c’était difficile de communiquer mais on l’a emmené au bord de la mer, à Royan. C’était la première fois qu’il la voyait, il a adoré", raconte Olivier, cheveux ébouriffés et mains jaunies par les tomates.

Alpha assure "se sentir bien dans [la] famille" d’Olivier et Sylvia. Bien qu’il soit né et qu’il ait vécu dans une ville, à Conakry, le jeune homme apprécie particulièrement la campagne. "C’est déjà moi qui avais demandé à l’Ofii de quitter Paris parce que je trouvais qu’il y avait trop de bruits", raconte-t-il.

Pourtant, en dépit de son attirance pour la terre, c’est à la ville qu’Alpha veut retourner. "J’aimerais devenir pompier de Paris. Mais, je me suis renseigné, il faut que j’ai un permis de séjour".

En fin de journée, Alpha retourne avec Olivier dans les serres ramasser quelques tomates, chauffées par le soleil de la journée. À la ferme du Puy Larcy, l’autre Alpha rentre des champs avec Paul, Julie et le petit Alix. Demain, il tiendra avec eux un stand au marché des producteurs locaux. Paul et Julie y vendront la viande de leurs vaches et brebis. Alpha, lui, a été désigné responsable des grillades.

Informations pratiques :

Le programme Wwoofing solidaire propose des séjours à la ferme dans le Limousin, dans le Var, dans le Calvados et le Cher. Il souhaite s’étendre à toute la France dans les prochains mois.

Si vous souhaitez effectuer un séjour dans une ferme, vous pouvez contacter Jérôme Fougère, responsable du programme, par mail jerome@wwoof.fr  


 

Et aussi