Mohammed est le seul survivant d'une traversée en Méditerranée.
Mohammed est le seul survivant d'une traversée en Méditerranée.

Un Érythréen de 38 ans est le seul rescapé d’une embarcation de 15 personnes qui tentaient de rejoindre les côtes européennes. Le canot, parti de Libye le 1er août 2019, a été repéré par Frontex 11 jours plus tard. L’unique survivant, secouru par les forces maltaises lundi 12 août, a raconté sa terrible traversée de la Méditerranée à un quotidien maltais.

"Nous étions 15 sur le bateau et je suis le seul en vie." Mohammed Adam Olga, un Érythréen de 38 ans, est le seul rescapé d’une traversée de la Méditerranée qui a tourné au cauchemar.

Le 1er août, une embarcation avec 15 personnes, dont une femme enceinte, quitte la ville côtière de Zawiya, à 45km à l’ouest de Tripoli en Libye, dans l’espoir d’atteindre les rives européennes. En 11 jours de traversée, tous les passagers mourront, à l’exception de cet homme.

Le quotidien Times of Malta a pu le rencontrer à l’hôpital où il est soigné pour déshydratation sévère.

"Nous sommes restés 11 jours en mer (…) sans eau ni nourriture" dans un canot qui n’avait pas assez de carburant pour parcourir la distance qui sépare Malte de la Libye, explique le rescapé au média maltais. "Nous avons bu l’eau de la mer", continue l’Érythréen.

Mohammed raconte qu’après cinq jours de traversée, deux migrants ont perdu la vie à bord du canot à cause du manque d’eau et de fortes chaleurs pouvant causer des insolations. "Puis, chaque jour, deux personnes mouraient", assure-t-il.

"Nous jetions les corps dans l’eau"

Les passagers tentent d’alerter les navires qui passent à proximité de leur embarcation, en vain. "Nous avons vu beaucoup de bateaux. Nous avons crié à l’aide, fait des signes mais personne n’est venu jusqu’à nous. Un hélicoptère a même volé au-dessus de nous mais il est reparti", déclare encore Mohammed, sans savoir si les navires les avaient vus.

Alors que l’embarcation dérive en pleine mer, les corps, gardés à l’intérieur de l’embarcation, commencent à se décomposer sous l’effet de la chaleur. "Chaque jour nous prenions les corps et nous les jetions dans l’eau car ils sentaient mauvais", explique l’homme au Times of Malta.

>> À lire sur InfoMigrants : En moins d’une semaine, l’Ocean Viking a secouru 356 personnes en mer

Au bout de plusieurs jours, seules deux personnes sont encore en vie : Mohammed et un migrant Somalien prénommé Ismail, qu’il avait rencontré lors de son passage en Libye. "À un moment, Ismail m’a dit : ‘Arrêtons de lutter et mourons ensemble. Tout le monde est mort, pourquoi survivrions-nous ?’ Je lui ai alors répondu : ‘Si tu veux mourir, meurs tout seul. Je ne veux pas mourir’."

Ismail décèdera quelques temps plus tard sur l’embarcation. Mohammed, lui, a été récupéré par un hélicoptère des forces maltaises lundi 12 août, après 11 jours d’enfer. Il sera repéré par un avion de Frontex. Une image diffusée sur les réseaux sociaux cette semaine montre l’homme effondré sur un cadavre à l’intérieur de l’embarcation de fortune.

Depuis le début de l’année, plus de 550 personnes sont mortes en Méditerranée centrale en tentant de rejoindre l’Europe.

 

Et aussi