Des migrants à bord de l'Open Arms. Photo : Imago Images.
Des migrants à bord de l'Open Arms. Photo : Imago Images.

Face à l'impasse dans laquelle se trouve l'Open Arms, le gouvernement espagnol a décidé d'envoyer ce mardi 20 août un navire militaire pour récupérer les migrants secourus par le bateau humanitaire. Dans la matinée, l'ONG Proactiva, qui affrète l'Open Arms, avait tiré la sonnette d'alarme, décrivant une situation "hors de contrôle" à bord. En trois jours, une dizaine de passagers se sont jetés à l'eau, espérant rejoindre à la nage l'île italienne de Lampedusa.

Le gouvernement espagnol a annoncé ce mardi 20 août qu'il allait envoyer à l'île de Lampedusa un navire militaire, l'Audaz, pour récupérer la centaine de personnes se trouvant encore à bord de l'Open Arms, le bateau de l'ONG Proactiva. "Après avoir analysé différentes options, le gouvernement espagnol estime, selon les recommandations logistiques de la marine, qu'il s'agit de la solution la plus appropriée et qui permettra de résoudre dès cette semaine l'urgence humanitaire à bord", indique un communiqué officiel

L'Audaz partira cet après-midi à 17h et naviguera trois jours jusqu'à Lampedusa pour prendre en charge les migrants recueillis par l'Open Arms. Il accompagnera le navire humanitaire de l'ONG Proactiva jusqu'au port de Palma de Majorque, dans les Baléares. Dans son communiqué, le gouvernement espagnol précise que le navire de la marine se prépare "depuis ce matin" dans la base de Rota, à Cádiz, au sud-ouest de l'Espagne, pour "mettre le cap immédiatement" sur l'île italienne de Lampedusa et "aider le navire [Open Arms] et ses occupants". 

L'Open Arms reste "dans l'attente"

Contactée par la rédaction d'InfoMigrants, la porte-parole de l'ONG, Laura Lanuza, a indiqué que l'Open Arms restait encore "dans l'attente", faute d'avoir été informé "officiellement" de l'arrivée du navire espagnol. Selon le quotidien espagnol El Mundo, l'organisation a appris l'initiative du gouvernement espagnol "à travers la presse". 

Dans la matinée, l'ONG avait dénoncé une situation devenue "hors de contrôle" à bord de l'Open Arms, ancré au large de Lampedusa où il a interdiction de débarquer. Ce mardi 20 août, dix migrants désespérés ont sauté par-dessus bord pour tenter de rejoindre à la nage les côtes italiennes. Dimanche 18 août également, plusieurs migrants, apercevant les côtes de Lampedusa, avaient quitté le bateau à la nage. Ils avaient finalement été ramenés à bord par des secouristes.

Devant le refus de l'Italie d'accueillir ces migrants, l'Espagne avait déjà proposé dimanche au navire de débarquer à Algésiras, dans l'extrême sud de l'Espagne. L'équipage de l'Open Arms avait dénoncé une proposition "absolument irréalisable", notamment compte tenu de la distance à parcourir. Le gouvernement espagnol a alors proposé les Baléares, une destination plus proche mais toujours distante d'un millier de kilomètres de Lampedusa. L'annonce avait été jugée "incompréhensible" par l'ONG, dont le bateau se trouve à seulement 800 mètres des côtes de Lampedusa. Dans une interview au quotidien El Pais, le fondateur de Proactiva, Oscar Camp, avait suggéré le transfert des migrants par avion vers l'Espagne. 

 

Et aussi