Des migrants sur un canot en mer Méditerranée. Photo : Picture-alliance / L.Schmid / SOS Méditerranée
Des migrants sur un canot en mer Méditerranée. Photo : Picture-alliance / L.Schmid / SOS Méditerranée

La plateforme téléphonique de secours en mer Alarm Phone a indiqué lundi avoir été alertée par un pêcheur libyen du probable naufrage d'une embarcation de fortune transportant une centaine de personnes. Le pêcheur a assuré avoir vu de nombreux corps à l'eau. Selon un commandant des garde-côtes libyens, près de la moitié des embarcations qui partent de Libye coulent sans être détectées, et sans survivant.

Dimanche 18 août, un pêcheur local a contacté la plateforme téléphonique de secours en mer Alarm Phone pour signaler le naufrage d'une embarcation. Selon les informations relayées dans une série de tweets par Alarm Phone, "il a dit avoir secouru trois personnes et avoir vu de nombreux corps morts". Les survivants parlent de plus de cent personnes à bord. "À ce stade, nous ne pouvons pas vérifier cette information, mais nous craignons qu'une nouvelle tragédie de masse ait eu lieu", indique encore la plateforme. 

Médecins sans frontières a également annoncé, mardi 20 août sur Twitter, que ses équipes en Libye n'avaient pas encore pu prendre contact avec les survivants et que la "tragédie" n'avait pas encore été "officiellement confirmée". "Mais nous avons toutes les raisons de craindre le pire, que plus de 100 vies ont été perdues et que personne ne le saura avec certitude", poursuit l'organisation.

Le lendemain, le pêcheur a expliqué avoir remis à une ambulance les rescapés, traumatisés, dès leur débarquement en Libye. Alertées au sujet de ce possible naufrage, les autorités libyennes n'auraient pas mené de recherche ou tenté de retrouver les corps, précise Alarm Phone sur Twitter. "Elles nous ont dit qu'elles n'avaient pas d'information sur ce cas."

Depuis début 2019, plus de 550 personnes sont mortes en Méditerranée centrale. Un chiffre sous-estimé, rappelait aussi Sophie Beau, fondatrice de l'association SOS-Méditerranée, dans un article des Inrocks paru le mois dernier. "On ne sait absolument pas combien d’embarcations sont parties et ont sombré sans qu’il n’y ait de témoins qui restent. Cela peut donc être beaucoup plus", indiquait-elle.

Les pêcheurs voient "souvent des corps en mer"

Contactée par la rédaction en anglais d'InfoMigrants, Alarm Phone ajoute que les pêcheurs "[voient] souvent des corps en mer", rarement récupérés par les autorités. "On peut supposer que de nombreuses tragédies passent inaperçues".

Dans un article du magazine allemand Der Spiegel paru le 13 août, Mustafa Abuzeid, un commandant des garde-côtes libyens, a estimé qu'au moins la moitié des embarcations parties de Libye coulent sans être repérées et sans survivant. "Les bateaux que nous ne voyons pas à temps n'ont aucune chance", a-t-il confié. 

Le porte-parole des garde-côtes, Ayoub Gassim, contacté par InfoMigrants, s'étonne des déclarations du pêcheur libyen et d'Alarm phone. Selon lui, les garde-côtes n'ont pas été contactés sur un possible naufrage de plus de 100 personnes ce week-end. 

En 2018, la voie maritime était toujours la plus meurtrière pour les migrants. Selon les chiffres publiées par le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) le 3 janvier, plus de 2 260 personnes étaient mortes en tentant de traverser la Méditerranée cette année-là.

 

Et aussi