Les autorités maritimes françaises ont retrouvé 54 migrants dans la Manche, entre jeudi et vendredi 23 août. Crédit : Compte Twitter de la Préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord
Les autorités maritimes françaises ont retrouvé 54 migrants dans la Manche, entre jeudi et vendredi 23 août. Crédit : Compte Twitter de la Préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord

Entre jeudi et vendredi, cinquante-quatre migrants ont été interceptés par les autorités maritimes françaises, dans la Manche. Les traversées de cette mer par des migrants font aujourd'hui l'objet de discussions entre les ministères de l'Intérieur britannique et français qui tentent de lutter contre les départs de migrants depuis les côtes françaises.

Malgré ses courants forts et son trafic maritime intense, la Manche continue d’être très empruntée par les migrants pour rejoindre la Grande-Bretagne. Une embarcation, avec à son bord 24 migrants, dont sept mineurs, a été secourue, dans la nuit du jeudi au vendredi 23 août, au large de Dunkerque, d'après la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. 

Ces migrants, qui ont appelé les sapeurs-pompiers vers 2h30, ont été "récupérés sains et saufs alors que leur embarcation prenait l'eau". Un patrouilleur des garde-côtes de la douane à Calais (Pas-de-Calais) les a ramenés dans cette même ville où ils ont été remis aux pompiers et la police aux frontières. 

La veille, trente migrants dont dix enfants et un bébé, qui naviguaient dans la Manche avaient déjà été interceptés par les autorités maritimes, toujours selon la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. Ils avaient été repérés par deux bateaux de pêche qui les avaient retrouvés en panne de moteur, à 48 km à l'ouest du Touquet. D'après une source proche des secours, ces migrants sont irakiens et iraniens et six d’entre eux ont été retrouvés “blessés”.

Vers 18h, un patrouilleur des garde-côtes de la douane française les a ramenés sur la côte. Ils ont ensuite été pris en charge par la police aux frontières, les gendarmes maritimes et les sapeurs-pompiers.

Le même jour, les autorités britanniques ont intercepté quatre petits bateaux transportant au total 37 migrants de la France vers l'Angleterre, d'après le ministère de l’Intérieur britannique. Ces migrants, qui disent être iraniens pour la plupart, ont été emmenés à Douvre.  

Londres et Paris cherchent des solutions

Pour lutter contre ces tentatives de traversées clandestines, les gouvernements britanniques et français affirment chercher des solutions. Une discussion est prévue à ce sujet “dans les prochains jours” entre la ministre de l'Intérieur britannique, Priti Patel, et son homologue français Christophe Castaner.

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur britannique a, à ce titre, précisé que "depuis janvier, [la Grande-Bretagne] a renvoyé vers l'Europe plus de 65 personnes arrivées illégalement dans de petits bateaux". Il a également rappelé les dangers qu’implique la traversée de la Manche sur des embarcations non adaptées. “Les gangs criminels qui pratiquent cette méthode sont sans pitié et ne se soucient pas des pertes de vies humaines”, a-t-il mis en garde. En effet, cette mer, très froide, est traversée chaque jour par un intense trafic maritime et est soumise à des courants forts.

Lire aussi : Régularisation, système à points … Boris Johnson veut revoir la politique migratoire britannique

Le ministère de l’Intérieur britannique a également affirmé que trois vaisseaux de la police des frontières britanniques (Border Force) patrouillent dans la Manche. Cette coopération franco-britannique a vu le jour, en janvier, lors la signature d’un accord entre Londres et Paris visant à lutter contre le trafic maritime clandestin. 

Ces tentatives de traversée surviennent après la disparition, le 9 août, dans la Manche, d’une Iranienne montée à bord d’une embarcation de 19 personnes. Il s’agit du premier cas officiel de disparition d’un migrant dans la Manche. Plus d’une semaine plus tard, une autre personne, “probablement un migrant”, selon une source judiciaire, a aussi été repérée dans la Manche par un voilier. Elle est, depuis, portée disparue.

 

Et aussi