Des embarcations de migrants en mer méditerranée (archive). Crédit : Reuters
Des embarcations de migrants en mer méditerranée (archive). Crédit : Reuters

L'ONG allemande Mission Lifeline a annoncé lundi avoir secouru une centaine de migrants en détresse au large des côtes libyennes. Selon l'équipage, les chambres à air de leur canot étaient dégonflées, laissant les passagers à la dérive.

Près de cent personnes ont été secourues en mer Méditerranée lundi 26 août par le capitaine Claus-Peter Reisch et son équipage, de l'ONG allemande Lifeline. Sur son site, l'ONG explique que les chambres à air de leur canot étaient "déjà dégonflées". 

Une partie des passagers ont donc été transférés dans l'urgence dans des bateaux pneumatiques pour rejoindre le nouveau bateau humanitaire de l'ONG, l’Eleonore. Mesurant 20 mètres, ce bateau bat pavillon allemand. 

Les 40 dernières personnes à bord ont elles été récupérées directement depuis l'embarcation de fortune, comme l'indique le compte Twitter Seegezwitscher ["couverture maritime"], un projet du média allemand Straßengezwitscher qui rapporte la situation à bord de l'Eleonore. 

Pendant le sauvetage, l'équipage assure avoir été "menacé" par un bateau des gardes-côtes libyens arrivant "à toute vitesse". "Les personnes secourues avaient très peur de devoir rentrer en Libye", souligne l'ONG sur son site

Une première nuit très calme à bord

Claus-Peter Reisch, le capitaine de l'Eleonore, s'est félicité sur Twitter de "l'excellent travail" de son équipage. "Nous cherchons maintenant un refuge. J'ai demandé au gouvernement fédéral de s'en occuper", a-t-il encore écrit.

Les personnes à bord ont dormi "sur le pont", la mer étant calme, rapporte ce mardi 27 août le compte Seegezwitscher. Gerald, le chef de pont de l'Eleonore, a remercié les passagers pour leur calme durant cette première nuit. "On continue comme ça et il n'y aura pas de problème", dit-il dans une vidéo également publiée sur Twitter. 

Le navire Mare Jono également en mer

Le précédent bateau de l'organisation, le Lifeline, avait été placé sous séquestre en juin dernier à Malte, où il avait débarqué avec 234 migrants à bord. L’ONG Mission Lifeline avait été accusée de n'avoir pas respecté les règles, en refusant d'accepter de remettre aux garde-côtes libyens les migrants secourus.

>> Lire aussi : L’ONG Mission Lifeline accusée d’être "en contravention des règles", le capitaine du navire s’explique

Les forces armées de Malte ont pour leur part annoncé avoir sauvé lundi 26 août deux groupes de migrants dérivant sur des bateaux pneumatiques, l'un avec 73 personnes à bord et le second avec 89 personnes. Transférés sur un patrouilleur maltais, ils devaient tous rejoindre Malte. 

Jeudi, un autre navire, le Mare Jonio, affrété par le collectif italien de gauche Mediterranea, a également pris la mer en direction de la Libye. Le Mare Jonio avait été mis sous séquestre en mai en vertu de la législation anti-migrants du ministre italien de l'Intérieur sortant de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini, puis libéré en août.

>> Lire aussi : Le navire humanitaire Mare Jonio de retour en mer Méditerranée

Le Mare Jonio et l'Eleonore prennent la suite de l’Ocean Viking. Après plus de dix jours d'attente, un accord européen de répartition avait finalement autorisé le débarquement des 356 personnes qui étaient à bord du navire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF). L'Ocean Viking, qui est sorti de la zone de détresse, fait actuellement route vers le nord pour se réapprovisionner et changer d'équipage.

 

Et aussi