Une patrouille de police à Calais, regardant si des embarcations ont tenté la traversée de La Manche, le 11 janvier 2019. Crédit : Reuters
Une patrouille de police à Calais, regardant si des embarcations ont tenté la traversée de La Manche, le 11 janvier 2019. Crédit : Reuters

Le migrant qui avait été signalé la semaine dernière au large des côtes françaises, équipé d'une bouée de fortune constituée de bouteilles en plastique, a été retrouvé. Son corps a été repêché côté Belgique. Il s’agissait d’un Irakien qui avait vraisemblablement tenté d’atteindre l’Angleterre à la nage.

Le corps d'un migrant qui tentait de traverser la Manche à la nage vers l'Angleterre a été retrouvé vendredi 23 août au large de Zeebruges en Belgique, ont annoncé lundi les autorités belges. L’homme était parti de France, dans la région de Dunkerque.

"C'est la première fois que nous retrouvons le corps d'un migrant", a déclaré Carl Decaluwé, le gouverneur de Flandre occidentale, la province dont dépend administrativement le littoral belge.

La victime est un Irakien de 48 ans, identifié grâce aux papiers qu'il portait sur lui "dans un petit sac", a souligné de son côté Yves Segaert-Vandenbussche, le porte-parole du parquet de Bruges, où une enquête a été ouverte.

Une bouée en bouteilles de plastique

L’homme s'est noyé et les courants ont fait dériver son corps vers l'est, selon ces sources belges, ne pouvant situer le lieu de la noyade.

Il s'était bricolé une veste de sauvetage artisanale avec des bouteilles en plastique vides, selon les précisions de Yves Segaert-Vandenbussche. Des détails qui laissent penser qu’il s’agit de l’homme qui avait été signalé disparu côté français il y a huit jours.

Le 18 août, en effet, un Belge qui naviguait à bord d'un voilier au large de Dunkerque avait déclaré à la gendarmerie maritime française avoir "aperçu un homme à l'eau appelant à l'aide en anglais, équipé d'une ceinture avec bouteilles en plastique vides et de palmes de fortune".

Le Belge affirme avoir tenté de le secourir, en essayant de le hisser à bord, en vain.  

>> À relire : Pour la première fois, un migrant disparaît dans la Manche en tentant de rejoindre l’Angleterre

La victime portait deux jeans 

Le corps a été retrouvé vendredi après-midi à la surface de l'eau, dans les environs d'un parc éolien, "à 30 km au large de Zeebruges", a précisé l'agence de presse Belga. L’homme avait vu sa demande d’asile rejeté en Allemagne.

La victime portait deux jeans pour se protéger du froid, précise le site belge RTBF. "Les vêtements de l’homme montrent qu’il ne connaissait pas l’endroit. La mer du Nord est une menace pour la vie, avec les courants. En revanche, cela prouve à quel point il était désespéré, sinon vous ne feriez pas cela", a encore déclaré Carl Decaluwé, le gouverneur de la Flandre occidentale. 

"Il ne portait plus qu'une palme, sans doute a-t-il perdu l'autre dans l'eau. Cela me rend très triste de voir qu'au 21e siècle des gens tentent de nager de la France au Royaume-Uni, c'est fou", a-t-il ajouté, selon la BBC. "Je suis sûr que de nombreux migrants sont morts dans la Manche mais que leurs corps n'ont pas été retrouvés", a précisé le gouverneur de la Flandre occidentale.

Selon un bilan de la préfecture maritime dévoilé lundi 26 août, 1 451 personnes ont été secourues par les autorités françaises ou britanniques depuis le 1er janvier, soit plus du double de la totalité des opérations menées sur l'ensemble de l'année 2018. 

A ce jour, la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord établie à Cherbourg (nord de la France) n'a fait état d'aucune découverte de corps en mer.

>> À lire sur InfoMigrants : "Les passeurs réussissent à faire croire que la traversée de la Manche est facile. C’est faux" 

 

Et aussi