Vue du centre de Moria sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 19 septembre 2018. Crédit : Reuters
Vue du centre de Moria sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 19 septembre 2018. Crédit : Reuters

Le gouvernement grec a annoncé samedi 31 août une série de mesures pour faire face à l'afflux de migrants en provenance de la Turquie. Plus d'une dizaine d'embarcations sont arrivées jeudi à Lesbos en quelques heures. Cette année la Grèce est redevenue la première porte d'entrée de migrants. Près de 600 personnes sont notamment arrivées sur l’île de Lesbos, où comme sur les îles voisines, les capacités d’accueil sont débordées.

Le gouvernement grec a annoncé samedi 31 août une série de mesures pour faire face à l'afflux de migrants en provenance de la Turquie. Plus d'une dizaine d'embarcations sont arrivées jeudi à Lesbos en quelques heures. Cette année la Grèce est redevenue la première porte d'entrée de migrants. Près de 600 personnes sont notamment arrivées sur l’île de Lesbos, où comme sur les îles voisines, les capacités d’accueil sont débordées.

Réunion gouvernementale d’urgence, convocation vendredi de l’ambassadeur turc à Athènes, les autorités ne cachent pas leur inquiétude. Elles demandent à Ankara d'interdire les départs de migrants comme l'y oblige l'accord conclu en 2016 avec l'Union européenne.

Dans le petit village de Skala Sykamineas au nord de Lesbos, la scène qui s’est déroulée jeudi soir réveille le souvenir de l’été 2015, lorsque la population rejointe par de nombreux bénévoles étrangers accueillait chaque jour jusqu’à 1 000 migrants fuyant la Syrie l’Irak et l’Afghanistan principalement.

 À lire aussi : Migrants en Méditerranée: «La Grèce a atteint ses limites» d'accueil

En quelques heures, 13 bateaux sont arrivés jeudi. En tout plus de 500 personnes dont 240 enfants ont été pris en charge dans un camp de transit installé près du village. Ces personnes devraient rejoindre le centre de Moria, mais dans ce centre d’hébergement et d’identification de Lesbos plus de 10 000 personnes s’entassent déjà, soit quatre fois plus que la capacité prévue, dans des conditions déplorables.

Samedi en urgence, le gouvernement a donc annoncé quelques mesures : le transfert de plusieurs milliers de personnes vers le nord du continent, l’accélération du traitement des demandes d’asile et la réduction des possibilités de recours. Enfin, le renforcement des patrouilles frontalières de Frontex.

 

Et aussi