Le petit voilier humanitaire Josefa a secouru 34 migrants qui ont ensuite été transférés sur l'Ocean Viking en pleine tempête. Crédit : SOS Méditerranée / Twitter
Le petit voilier humanitaire Josefa a secouru 34 migrants qui ont ensuite été transférés sur l'Ocean Viking en pleine tempête. Crédit : SOS Méditerranée / Twitter

Le navire humanitaire Ocean Viking a accueilli, lundi soir à son bord, 34 migrants qui avaient été secourus par un petit voilier. Ils ont été transférés sur le navire pour des raisons de sécurités à cause d’une tempête. Cinquante migrants d'un sauvetage précédent sont déjà à bord du Ocean Viking.

Vingt-deux hommes, six femmes et un bébé d’un an qui se trouvaient à bord d’une petite embarcation de fortune avec un moteur en panne ont été secourus lundi 9 septembre par le voilier allemand Josefa, affrété par le groupe de sauvetage en mer Resqship.

Rapidement pris dans une tempête au large des côtes libyennes, le petit voilier de 14 mètres à fait transférer ses rescapés sur l’Ocean Viking, l’imposant navire humanitaire des ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières.

Le transfert a eu lieu près des gisements de pétrole de Bouri, à quelque 65 milles marins de la côte libyenne.

“La situation à bord du [Josefa] relevait de l’urgence. Une femme enceinte et un enfant de un an font partie des survivants désormais en sécurité”, a tweeté SOS Méditerranée.

L’Ocean Viking compte déjà 50 rescapés, dont 12 mineurs, à son bord secourus dimanche 8 septembre dans cette même zone. Ils sont désormais 84 à bord. Long de 70 mètres, le bateau peut prendre en charge 200 à 300 personnes dans de bonnes conditions.

Très peu de navires humanitaires sillonnent actuellement la Méditerranée, la plupart étant immobilisée par la justice italienne. Outre l’Ocean Viking, on trouve uniquement le Alan Kurdi qui attend actuellement au large de Malte une solution européenne afin de débarquer ses cinq derniers rescapés secourus le 31 août.

>> À (re)lire : Malte : nouvelle “tentative de suicide” à bord du Alan Kurdi, les migrants débarquent au compte-goutte

Alors qu’il présentait son programme lundi devant le parlement, le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a insisté sur la nécessité d'une plus grande solidarité au sein de l'Union européenne pour résoudre le problème des flux migratoires. Rome entend désormais gérer cette question "de façon structurelle et non plus dans l'urgence". Giuseppe Conte a notamment proposé des "couloirs humanitaires européens" permettant d'accueillir de manière organisée des réfugiés qui en ont le droit.

Il a également plaidé pour une "meilleure intégration" des réfugiés qui y ont droit et "un rapatriement plus rapide" pour les personnes ne pouvant pas prétendre au statut de réfugié ou demandeur d'asile.

>> À (re)lire : Mer Méditerranée : quels sont les navires humanitaires qui font face à la justice ?

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen qui prend ses fonctions ces jours-ci veut, quant à elle, proposer un "nouveau pacte pour les migrations et l'asile". Il s'agit de mieux répartir les efforts au sein de l'Union européenne et notamment d'aider davantage les pays comme l'Italie, l'Espagne, la Grèce, en première ligne pour les arrivées de migrants.

Elle veut aussi rouvrir les discussions sur la réforme du règlement de Dublin, qui confie actuellement aux pays d'arrivée la charge du traitement des demandes d'asile. Elle propose également d’accélérer le renforcement de l'agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes Frontex, en la dotant d'un effectif de 10 000 personnes dès 2024 au lieu de 2027.

 

Et aussi