REUTERS/Guglielmo Mangiapane | Des migrants secourus au large de la Libye par le navire humanitaire «Open Arms» de l'organisation humanitaire espagnole Proactiva Open Arms, ont débarqué à Lampedusa, le 20 août 2019.
REUTERS/Guglielmo Mangiapane | Des migrants secourus au large de la Libye par le navire humanitaire «Open Arms» de l'organisation humanitaire espagnole Proactiva Open Arms, ont débarqué à Lampedusa, le 20 août 2019.

Grand reportage est à Lampedusa, nous sommes le 20 août 2019 à 23h, l’odyssée de l’Open Arms est terminée. Après 19 jours d’attente, le navire humanitaire espagnol peut enfin entrer dans le port de la petite île sicilienne. À son bord, il reste 83 migrants sur les 147 secourus lors de trois opérations distinctes. Les mineurs non accompagnés, les femmes enceintes, les personnes malades avaient tous déjà pu descendre. La justice italienne avait autorisé le navire à entrer dans les eaux territoriales, mais le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, en pleine crise politique, s'y était opposé. C'est un procureur de Sicile qui met finalement un point final au bras de fer : mardi 20 août 2019, il monte à bord, et devant l'urgence de la situation sanitaire, il ordonne le débarquement immédiat des migrants. Le navire est placé sous séquestre. RFI est allé à la rencontre des rescapés, militants, vacanciers, présents ce jour-là sur le quai sicilien.

L’interminable errance des migrants de l’Open Arms, un reportage de Juliette Gheerbrant, réalisé par Pierre Chaffanjon.


Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi