Des réfugiés originaires de Somalie, de Syrie et d'Érythrée montent à bord d’un bus au centre de rassemblement et de départ du HCR à Tripoli. Photo d’archives, avril 2019. Crédit : HCR / Mohamed Alalem
Des réfugiés originaires de Somalie, de Syrie et d'Érythrée montent à bord d’un bus au centre de rassemblement et de départ du HCR à Tripoli. Photo d’archives, avril 2019. Crédit : HCR / Mohamed Alalem

Comme au Niger, le Haut-commissariat aux réfugiés de l’ONU va ouvrir un centre de transit pour accueillir 500 migrants détenus en Libye. D’autres contingents d’évacués pourront prendre le relais au fur et à mesure que les 500 premiers migrants auront une solution d’installation ou de rapatriement.

Quelque 500 réfugiés et demandeurs d’asile actuellement enfermés en centres de détention en Libye vont être évacués vers le Rwanda dans les prochaines semaines, en vertu d’un accord signé mardi 10 septembre par le gouvernement rwandais, le Haut-commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR), et l’Union africaine (UA).

Il s’agira principalement de personnes originaires de la corne de l’Afrique, toutes volontaires pour être évacuées vers le Rwanda. Leur prise en charge à la descente de l’avion sera effectuée par le HCR qui les orientera vers un centre d’accueil temporaire dédié.

Situé à 60 km de Kigali, la capitale rwandaise, le centre de transit de Gashora a été établi en 2015 “pour faire face, à l’époque, à un afflux de migrants burundais” fuyant des violences dans leur pays, explique à InfoMigrants Elise Villechalane, chargée des relations extérieures du HCR au Rwanda. D’une capacité de 338 places, l’édifice implanté sur un terrain de 26 hectares a déjà accueilli, au fil des années, un total de 30 000 Burundais. “Des travaux sont en cours pour augmenter la capacité et arriver à 500 personnes”, précise Elise Villechalane.

Les premiers vols d’évacués devraient arriver dans les prochaines semaines et s’étaler sur plusieurs mois. Le HCR estime que le centre tournera à pleine capacité d’ici la fin de l’année. À l’avenir, d’autres contingents d’évacués pourront prendre le relais au fur et à mesure que les 500 premiers migrants quitteront les lieux.

Certains réfugiés "pourraient recevoir l'autorisation de rester au Rwanda"

“Une fois [les migrants] arrivés sur place, nous procéderons à l'évaluation de leurs besoins de protection afin de trouver une solution au cas par cas”, poursuit Elise Villechalane. “En fonction de leur parcours et de leur vulnérabilité, il pourra leur être proposé une réinstallation dans un pays tiers, ou dans un pays où ils ont déjà obtenu l’asile avant de se rendre en Libye, mais aussi un retour volontaire dans leur pays d’origine quand les conditions pour un rapatriement dans la sécurité et la dignité sont réunies.”

Dans des cas plus rares, et si aucune solution n’est trouvée, certains réfugiés "pourraient recevoir l'autorisation de rester au Rwanda", a indiqué Germaine Kamayirese, la ministre chargée des mesures d'Urgence, lors d’une déclaration à la presse à Kigali.

Le Rwanda a décidé d’accueillir des évacués de Libye à la suite d’un discours du chef de l’État rwandais Paul Kagame le 23 novembre 2017, peu après la diffusion d’un document choc de CNN sur des migrants africains réduits en esclavage en Libye. “Le président a offert généreusement d'accueillir des migrants, ce qui a, depuis, été élargi pour inclure les réfugiés, les demandeurs d'asile et toutes les autres personnes spécifiées dans le mémorandum d'accord”, affirme Olivier Kayumba, secrétaire du ministère chargé de la Gestion des situations d'urgence, contacté par InfoMigrants.

Le pays reconnaît, en outre, qu’il existe actuellement en Libye “une situation de plus en plus complexe et exceptionnelle conduisant à la détention et aux mauvais traitements de ressortissants de pays tiers”, continue Olivier Kayumba qui rappelle qu’en tant que signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, son pays s’est senti le devoir d’agir.

Le Rwanda prêt à accueillir jusqu’à 30 000 africains évacués

Plus de 149 000 réfugiés, principalement burundais et congolais, vivent actuellement au Rwanda qui compte une population de 12 millions d’habitants. “Les Rwandais sont habitués à vivre en harmonie avec les réfugiés”, ajoute Olivier Kayumba. “Grâce à la mise en place d’une stratégie d’inclusion, les enfants de réfugiés vont à l’école avec les locaux, les communautés d’accueil incluent aussi les réfugiés dans le système d’assurance maladie et d’accès à l’emploi.”

Le gouvernement rwandais se dit prêt à accueillir jusqu’à 30 000 Africains évacués de Libye dans son centre de transit, mais uniquement par groupes de 500, afin d'éviter un engorgement du système d’accueil.

>> À (re)lire : Carte interactive : où sont les plus grands camps de réfugiés en Afrique ?

"C'est un moment historique, parce que des Africains tendent la main à d'autres Africains", s'est réjouie Amira Elfadil, commissaire de l'Union africaine (UA) aux Affaires sociales, lors d’une conférence de presse. "Je suis convaincue que cela fait partie des solutions durables".

L'UA espère désormais que d'autres pays africains rejoindront le Rwanda en proposant un soutien similaire aux évacués de Libye.

 

Et aussi