La multiplication des ouragans pourrait faire augmenter le nombre de migrants climatiques | Photo: NASA/NOAA
La multiplication des ouragans pourrait faire augmenter le nombre de migrants climatiques | Photo: NASA/NOAA

Depuis le début de l’année, plus de 7 millions de personnes ont été poussées à l’exode à cause de catastrophes naturelles renforcées par les effets du changement climatique.

Les ravages causés par l’ouragan Dorian aux Bahamas est le plus récent indicateur que les personnes déplacées en raisons de catastrophes naturelles et de changement climatique sont un phénomène global de plus en plus important. Des dizaines de personnes ont perdu la vie, des milliers d’autres sont toujours portées disparues et on estime à près de 76.000 le nombre de personnes ayant perdu leur domicile.

D’autres exemples ont frappé l’Asie, où dans trois pays les inondations de la mousson ont forcé plus d’un million de personnes à prendre la fuite. Le cyclone Fani a provoqué des millions d’évacuations en Inde et au Bangladesh. Le cyclone Idai s’est abattu sur le Mozambique, le Malawi, le Zimbabwe et Madagascar. D’autres inondations ont frappé l’Ethiopie, les Philippines, la Bolivie et l’Iran, où les pires inondations en 100 ans ont touché deux tiers du pays.

Cette flambée de catastrophes naturelles combinée aux conflits ont jeté plus de 10 millions de personnes sur les routes selon un nouveau rapport sur les déplacés internes à travers le monde de l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC). 

Chiffres records

Sur ces 10 millions, un nombre record de 7 millions de nouveaux déplacés sont le résultat de catastrophes naturelles, en premier lieu les tempêtes et les inondations. Selon le rapport, ce genre de déplacements dûs à des conditions météorologiques extrêmes est entrain de devenir la norme. D’ici la fin de l’année, le nombre de nouveaux déplacés pourrait ainsi atteindre 22 millions de personnes.

Depuis 2008, lorsque cet Observatoire a commencé à collecter des données, près de 265 millions de personnes ont été déracinées à cause de catastrophes naturelles. C’est trois fois le nombre de personnes forcées à fuir à cause de conflits et de violences.




Il n’est pas rare que des conflits exacerbent les effets des crises climatiques. C’est le cas en Somalie, où plus d’un million de personnes ont fui vers le Kenya et l’Ethiopie depuis le début des années 90 pour échapper à la guerre civile combinée à une famine notamment due à la sécheresse.  D’après un rapport de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) le cas de la Somalie se caractérise par "une situation dans laquelle un conflit et les réponses liées à ce conflit ont exacerbé l’impact de désastres naturels et des effets du changement climatique."

Toutefois, malgré ce constat de l’ONU, ceux qu’on appelle désormais les "migrants climatiques" ou "réfugiés écologiques" ne sont pas considérés comme des réfugiés dans la loi internationale. Actuellement, il n’y a pas de définition globalement acceptée ou légalement contraignante pour un "migrant climatique".

"Les droits de l’homme pourraient ne pas survivre"

Début septembre, la Haut-Commissaire aux droit de l’homme de l’ONU Michelle Bachelet a averti que le changement climatique était devenu une menace sans précédent pour les droits de l’homme dans le monde. "Nous sommes littéralement entrain de faire partir notre avenir en fumée", a-t-elle déclaré. Selon elle, au cours des six dernières décennies, 40% des guerres civiles étaient liées à la dégradation de l’environnement. Actuellement, le Sahel serait d’après la Haut-Commissaire "l’une des régions les plus vulnérables au changement climatique, avec une augmentation de la température devant être 1,5 fois supérieure à la moyenne mondiale ».

Ce constat va dans le sens d’un rapport onusien sur la pauvreté et les droits de l’homme publié cet été. Celui-ci avertit d’un futur "apartheid du climat". Dans ce scénario, les plus pauvres souffriront le plus des conséquence climatiques alors que les plus riches pourront s’offrir leur sécurité. 

Traduction : Marco Wolter

 

Et aussi

Webpack App