Des migrants clandestins venus d’Éthiopie, du Soudan et du Tchad ont été abandonnés par des trafiquants dans le désert près de la frontière libyenne, avant d'être repérés et arrêtés par les Forces de soutien rapide. Crédit : Reuters
Des migrants clandestins venus d’Éthiopie, du Soudan et du Tchad ont été abandonnés par des trafiquants dans le désert près de la frontière libyenne, avant d'être repérés et arrêtés par les Forces de soutien rapide. Crédit : Reuters

Dans un communiqué, les Forces de soutien rapide (RSF), groupe paramilitaire servant de “garde-frontières” au Soudan, ont annoncé avoir arrêté 138 migrants africains, jeudi 19 septembre. Pour le spécialiste Jérôme Tubiana, cette annonce fait partie d'une stratégie : le Soudan cherche à attirer l'attention de l'Union européenne qui a arrêté de lui verser des fonds.

Les Forces de soutien rapide (RSF), une organisation paramilitaire soudanaise, ont annoncé avoir arrêté, jeudi 19 septembre, 138 Africains qui souhaitaient pénétrer “illégalement” en Libye. Parmi eux, se trouvaient des dizaines de Soudanais mais aussi des Tchadiens et des Éthiopiens.

"Le 19 septembre, une patrouille des RSF a arrêté 138 personnes de différentes nationalités qui essayaient de traverser illégalement la frontière avec la Libye", précise le communiqué.

Une partie de ces migrants ont été incarcérés dans la zone désertique de Gouz Abudloaa, situé environ à 100 km au nord de Khartoum, comme ont pu le constater des journalistes escortés sur place par des RSF, mercredi 25 septembre. Dans le communiqué, les RSF assurent également avoir saisi six véhicules appartenant à des passeurs libyens chargés du transit des migrants.

Le même jour, le Soudan a décidé de fermer ses frontières avec la Libye et la Centrafrique pour des raisons de sécurité. Dans les faits, le pays souhaite mettre fin aux départs de rebelles soudanais vers la Libye, qui sont parfois rejoints par des migrants.  

>> À (re)lire : Au Niger et au Soudan, la politique de l’UE met les migrants en danger

Créées en 2013 par l’ex-président soudanais, Omar el-Béchir, les RSF assurent le maintien de l'ordre dans le pays. Trois ans après leur création, elles ont été dotées d'une mission supplémentaire : empêcher les migrants et les rebelles de franchir les frontières nationales. C’est ce que montrent notamment des chercheurs dans un rapport publié par un think tank néerlandais, Clingendael, publié en septembre 2018.  

Les Forces de soutien rapide, véritables gardes-frontières du Soudan 

Si le document pointe une politique soudanaise de surveillance des frontières "en grande partie assignée aux ‘forces de soutien rapide’ (RSF)", derrière cette appellation officielle, se cache une réalité plus sombre. Connue localement sous le nom de Janjawid, cette milice fait notamment l'objet d'une enquête du Conseil militaire de transition, qui dirige le Soudan depuis la destitution, le 11 avril, du président Omar el-Béchir. 

D'après les conclusions de l'enquête, rendues publiques samedi 27 juillet, les RSF auraient frappé et tiré sur des manifestants lors d'un sit-in, le 3 juin, à Khartoum, alors qu'ils étaient venus protester contre la politique d'Omar el-Béchir. Si d'après un groupe de médecins, 127 manifestants ont été tués, le commission d'enquête compte, de son côté, 87 morts. Cette répression violente avait provoqué, dans la foulée, un levé de boucliers à l'échelle internationale. 

Un membre des Forces de soutien rapide RSF pose devant un vhicule arm lors de larrestation de 138 migrants dans le Sahara REUTERSMohamed Nureldin AbdallahUn groupe armé qui a bénéficié de fonds européens  

Certains RSF sont aussi accusés d’avoir commis des exactions dans la région du Darfour, à l’ouest du Soudan. Le rapport précise pourtant que, grâce aux fonds versés par l'Union européenne, ils “sont mieux équipés, mieux financés et déployés non seulement au Darfour, mais partout au Soudan".  D'après ce document, "160 millions d’euros ont été alloués au Soudan" entre 2016 et 2017. Et, une partie de cet argent a été versé par Khartoum aux RSF. Leur chef, Hemeti, est d'ailleurs officiellement le numéro 2 du Conseil militaire de transition. 

Fin juillet, l'Union européenne a toutefois annoncé le gel de ses financements au Soudan. "L’Union européenne a pris peur. Elle a considéré que cette coopération avec le Soudan était mauvaise pour son image car, depuis plusieurs années, elle finançait un régime très violent envers les migrants et les civils", explique Jérôme Tubiana, chercheur spécialiste du Soudan et co-auteur du rapport néerlandais. 

Non seulement les passeurs demandent de l’argent aux migrants mais ce ne sont pas les seuls à leur en réclamer. "La milice Janjawid taxe les migrants, elle joue à un double-jeu", dénonce sur RFIClotilde Warin, journaliste chercheuse et co-auteure du rapport. "Les miliciens […] qui connaissent très bien la zone frontalière entre le Soudan, le Tchad et le Niger […] deviennent eux-mêmes des passeurs, ils utilisent les voitures de l’armée soudanaise, le fuel de l’armée soudanaise. C’est un trafic très organisé."

"Les RSF profitent de leur contrôle de la route migratoire pour vendre les migrants à des trafiquants libyens", ajoute, de son côté, Jérôme Tubiana, qui estime que ces miliciens s'enrichissent plus sur le dos des migrants qu'ils ne les arrêtent. 

Annoncer l'arrestation d'un convoi est donc un moyen, pour les RSF, de faire du chantage à l'Europe. "Ils essayent de lui dire que si elle veut moins de migrants sur son territoire, elle doit apporter son soutien aux RSF car, ils sont les seuls à connaître cette région dangereuse", précise Jérôme Tubiana, ajoutant qu'Hemeti, fragilisé, est en recherche de soutiens politiques.

Un membre des RSF, interrogé dans le cadre de l’enquête néerlandaise, reconnaît lui-même le rôle actif de la milice dans le trafic des migrants. "De temps en temps, nous interceptons des migrants et nous les transférons à Khartoum, afin de montrer aux autorités que nous faisons le travail. Nous ne sommes pas censés prendre l’argent des migrants, [nous ne sommes pas censés] les laisser s’échapper ou les emmener en Libye… Mais la réalité est assez différente…", lit-on dans le rapport. 

 

Et aussi

Webpack App